1. Cambriolage


    Datte: 07/01/2022, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: bySalomeD

    ... lolita, n'est vraiment pas fait pour recevoir un membre comme le mien. Puis psychologiquement, la jeune majeur ne se remettra jamais d'un viol. Anal en plus de cela.
    
    je pose pour la première fois mon gland contre l'anus de cette salope, je comprend que désormais cela deviendra un de mes grand plaisirs. Que plus jamais je ne pourrais me passer de son corps.
    
    Malgré les pleurs de la petite bourgeoise, malgré son étroitesse, je sens l'anus résister un peu, puis s'ouvrir sous la poussée de mon gland, pendant que Christine tient la petite bourge, je sens peu a peu le petit orifice s'ouvrir pour engloutir d'un coup 4 cm de mon sexe, avec le gland. Je viens de lui dépuceler le trou-du-cul. Pour la première fois de sa vie, une bite entre en elle. Mais je sais que c'est loin d'être la dernière. Christine lui enlève le bâillon, par pur sadisme, juste pour mieux l'entendre hurler.
    
    La petite ingénue hurle, les petites fesses contractées massent mon sexe à chaque sanglot, je n'ai jamais était si serré ni si excité avec une autre femme. Christine comprit. Je savoure, je progresse en elle, lentement, sadiquement. Sentant son petit anus pulser contre mon sexe. Ses entrailles sont tellement serrées, que certains de ses organes doivent se pousser pour me faire place.
    
    D'ailleurs, Christine complètement déjantée, crie excitée comme jamais.
    
    -- Vas y encules la cette petite pute, enfonces lui a fond comme ça elle pourra travailler avec les putes de son père!!!
    
    Malgré les ...
    ... hurlements même plus étouffés de l'ingénue, je prends un plaisir immense a pousser toujours plus pour enculer cette salope, sur le lit de ses parents. Mon sexe est vraiment très serré, presque comprimé, les muqueuses anales le serrent vraiment, je sens, son anus se contracter, y ajoutant vraiment à mon plaisir.
    
    Je ne peux pas m'étaler de tout mon long sur la salope sans risquer de l'étouffer, toujours empalée je me retourne, je pivote avec la blonde, qui se retrouve empalée par le cul sur moi, à l'envers. Je suis maintenant plus a l'aise, la blonde enfilée sur moi je n'ai plus qu'a prendre sa petite moule à deux mains pour l'appuyer sur moi, pour m'enfoncer toujours plus dans son petit cul. Je sens bientôt ma jouissance venir, je m'enfonçais alors encore plus dans les fesses de la bourge, lui arrachant un hurlement terrible avant de lui envoyer le premier sperme de sa vie.
    
    Je ressorts mon sexe luisant de sperme et de sang du cul de la pute, qui reste prostrée sur le lit en pleurnichant, ne comprenant pas ce qu'il lui est arrivée, tout en nous regardant perdue.
    
    Je dis à Christine, tout en lui mentant un peu, car jamais je n'ai pris autant de plaisir, pas même avec elle.
    
    _ Putain j'ai jamais tant jouis sauf avec toi ma caille!
    
    Y croyant, elle me répond en riant :
    
    -- Je savais que tu ne résisterais pas!
    
    -- C'est vrai que ton beau père te sautait?
    
    -- Oui...
    
    -- Tu m'en a jamais parlée...
    
    -- C'est pas une chose dont j'aime parler.
    
    -- Mais ça devait te faire ...
«12...6789»