1. Cambriolage


    Datte: 07/01/2022, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: bySalomeD

    ... alternativement Christine, la petite ingénue terrorisée et la gourdasse qui se laissait baiser sans réagir.
    
    -- Ce qu'un homme doit être serré dans un petit trou du cul comme le tien, déjà que mon doigt a du mal a te limer, petite salope!
    
    Je sens monter en moi un sentiment que je n'ai jamais eus. Pourtant j'ai juré de ne pas toucher la fille du couple. Être traqué par la police, passe encore, mais par la mafia! Ce n'est pas la même chanson! Pourtant ce n'est plus une fille ingénue, une fille de caïd de la mafia que j'ai devant moi...
    
    Christine lui dit :
    
    _ Ne pleure pas ma chérie, tu auras l'occasion de te faire dépuceler une autre fois par une petit con de 18 ou 20 ans, dans quelques années... Quand les bonnes sœurs t'auront enfin données tes premiers cours d'éducation sexuelle...
    
    C'est un sexe de vraie blonde, bien étroit mais un sexe vierge. Et surtout un petit cul adorable dans lequel plonge le doigt de Christine qui me provoque.
    
    -- Il ne doit pas être en forme.. d'habitude un cul il l'enfile avant même qu'il ai eu le temps de se déshabiller..
    
    Je n'en peux plus, je me vide en gémissant de plaisir dans l'utérus de la rousse. J'éjacule abondamment, la remplissant, tandis qu'elle pousse, dans son bâillon, des hurlements d'horreur à l'idée d'être enceinte.
    
    Je ressorts alors me bite du con de la gourdasse, avec quelques traces légères de sang... Mon sexe est toujours droit, bien dressé mais surtout dur comme du fer.
    
    _ Tu vois ce que tu rates ...
    ... chérie!
    
    Christine dit cela à la petite prude terrorisée... Moi je n'en peux vraiment plus..
    
    Je dis à ma compagne :
    
    -- Salope tu as gagnée! Tu as ce que tu veux, mets la moi sur le ventre!
    
    -- Oh, tu es sur? Elle dit cela amusée. Je croyais que tu n'aimais que les gros seins. Puis surtout ne pas faire de mal à une fille de caïd ou à un caïd lui-même...
    
    _ Dépêches toi, je n'en peu plus avec tes salades... Il faut que je me la fasse cette pute! En plus elle est magnifique!
    
    Elle va avoir ce qu'elle veut. Elle enlève le haut de la blonde. Deux petits seins apparaissent. En fait c'est même plutôt juste deux renflements de chairs avec de petites aréoles et de petits tétons au milieu. Christine, d'une perversité maximum, retourne la belle ingénue sur le lit, qui comprend vite ce qui l'attend, le petit canon n'arrête pas de hurler sous le bâillon.
    
    Christine retire son doigt me montrant l'anus minuscule mais légèrement ouvert par le doigt, cette fois elle ne presse même pas une noisette de vaseline, préférant que je la sodomise à sec, estimant que son doigt à suffisamment dilaté la petite ouverture.
    
    Je monte alors sur la petite bourge, au petit gabarit, je sais que je vais transgresser un tabou, mais je ne peux résister, je me baisse vers le corps de la petite blonde.
    
    La rousse me regarde terrifiée, elle sait que la petite oie blanche, ne sait pas vraiment ce qui l'attend. Qu'elle ne se remettra pas d'un viol. Surtout que le petit gabarit de cette femme-enfant, de cette ...
«12...567...»