1. L'étrange cadeau de Gladys


    Datte: 07/08/2022, Catégories: f, h, Collègues / Travail cérébral, Masturbation initiat, Auteur: Calpurnia

    ... refermée. Gladys a glissé un regard par l’entrebâillement. Elle l’a vu de profil. Moins d’une minute, de crainte d’être surprise en train d’espionner. Elle a vu le pénis émergé de la braguette et trituré d’une main. Le sexe lui a paru démesuré. Anormalement gros peut-être ? Elle s’est demandé comment il pouvait pénétrer complètement dans un vagin. Sur cette pensée, elle a ressenti un spasme dans son bas-ventre. Puis elle a détourné ses yeux innocents, et s’est réfugiée dans son bureau pour pleurer. Elle, pénétrée par un homme ? Jamais !
    
    À l’époque, elle devait avoir aux alentours de trente ans. C’était sa seule confrontation avec le membre mâle. Elle se souvient qu’il se prénommait Didier. Il a pris sa retraite cinq ans plus tard. Le jour du pot de départ, il l’a regardée bizarrement. Comme s’il s’était rendu compte qu’elle avait espionné, et qu’il s’en souvenait. Comme si, loin de le lui reprocher, il avait aimé cela : s’exhiber devant une femme. Elle en a éprouvé un frisson. Didier était marié et son épouse était présente. Gladys se dit qu’elle aurait pu devenir sa maîtresse. Il lui aurait suffi d’un regard complice. Sa vie aurait pu basculer en une fraction de seconde. Se découvrir bisexuelle. Peut-être se révéler heureuse avec lui, enfanter d’un petit être à bercer, à chérir ? Durant ce laps de temps, elle avait imaginé la verge épaisse et longue de Didier fouiller à l’intérieur de son intimité. Il l’aurait transpercée, dépucelée. Il se serait déversé en elle. ...
    ... Peut-être jouir à cause de cela ? Elle a rouvert ses yeux, et la parenthèse onirique s’est refermée. Didier, un instant troublé lui aussi, est retourné aux côtés de sa femme. Il trouvera peut-être une autre occasion d’être infidèle. Quant à Gladys, elle s’est dépêchée d’oublier l’incident, pour revenir à sa vie chaste et solitaire.
    
    Tout en évoquant ces souvenirs, ses doigts frôlent le membre artificiel. Comment disent les gars ? « Se branler ». « Se palucher ». « S’astiquer ». Comme un nettoyage hygiénique. Purger le radiateur quand il gargouille. Le smartphone à portée de main, Gladys saisit dans Google « masturbation masculine ». Elle frissonne. Elle a l’impression de braver un interdit. Elle choisit : vidéos, pour explorer un monde qui lui reste inconnu. Tout de suite, une explosion d’images. Elle veut de l’explicite, alors elle ajoute dans sa requête : « porno ». Le déferlement obscène arrive. Elle apprend. Elle imite en se léchant les lèvres, renversée en arrière, les pieds posés sur la table. Depuis l’école, elle a toujours été douée pour assimiler rapidement des notions nouvelles.
    
    L’incroyable se produit : la verge de silicone lui procure des sensations comme si elle était de vraie chair. La cause réside dans le fait que la base du godemiché repose juste au-dessus du capuchon du clitoris et que, sans s’en douter, Gladys est une femme extrêmement réactive à l’attouchement. Non, la petite colline des joies n’est pas morte d’avoir été si longtemps négligée. La belle au bois ...