1. Version française


    Datte: 31/05/2022, Catégories: fh, Collègues / Travail amour, cérébral, revede, vidéox, caresses, pénétratio, jeu, portrait, québec, rencontre, Auteur: Amarcord

    ... il m’est pourtant devenu précieux.
    — Pour le son ?
    — Non, Momo est le parfait échantillon-type d’abonné. Un type qui ne vit que pour le foot et les gros nibards, c’est une étude de marché sur pattes. Elle est blonde, l’héroïne de votre scène de copulation ?
    — J’avoue ne pas y avoir prêté attention.
    — Alors, je vous le souhaite.
    
    Sans même se retourner, ma voisine de canapé leva un bras nu qu’elle fit tournoyer, à la façon d’un mécanicien commandant le démarrage d’un moteur d’avion, et je vis l’écran s’illuminer.
    
    Non sans appréhension.
    
    Pour tout vous dire, je suis un gars plutôt consciencieux. Jamais désinvolte, quand il s’agit du travail. Mais dans le cas présent, j’avais pris le relais de Didier au pied levé, pendant que les siens se dressaient eux-mêmes à la verticale dans leur plâtre, suspendus à des poulies. Bref, si j’avais tout juste eu le temps de lire en diagonale le famélique synopsis de cet épisode, une sorte deTrône de Fer porno, je n’avais même pas eu l’occasion de le visionner. Je le découvris donc en même temps que la cliente prospectée. Il y a plus rassurant.
    
    Nous rentrâmes sans transition dans cette œuvre très mineure au moment où le farouche et sanguinaire Shaddokh, un grand guerrier black membré comme un âne, venait d’assister à la victoire de ses troupes sur celles de Shakwanna Boomboom, reine des Molduzz, et bombe anatomique aux ogives thermonucléaires. Le sabre au clair et le membre au vent, il venait prendre possession du trône, et tout ...
    ... autant de la reine captive, avec la manifeste intention de lui faire subir les derniers outrages. On comprenait toutefois aussitôt que la haine entre ces deux personnages aux attributs hypertrophiés n’était que de pure façade, et que si ces deux abrutis laissaient s’entretuer leurs malheureux adeptes à intervalles réguliers sans le moindre état d’âme, c’était pour mieux se rejouer sans cesse et de façon bien perverse la scène du« je t’aime moi non plus ». Parfois le fier guerrier était humilié sous le fouet de la cruelle, parfois il prenait sa revanche de façon rude et virile. Après quoi on se faisait la bise et se séparait bons amis, jusqu’à la prochaine séance BDSM, qui n’était vraiment hard que pour la troupe.
    
    Au départ de la scène, le score en était encore à un-un, balles au centre. Mais Shaddokh semblait sur le point de reprendre l’avantage : après avoir fait voler le rustique soutien-gorge en noix de coco de son éternelle rivale et maîtresse, il la privait sans délicatesse de son petit pagne en peau de zébu, et lui révélait aussitôt les bonnes dispositions de son attribut viril, si spectaculaires qu’on finissait par se demander si la nature, au lieu d’avoir été avec lui des plus généreuse, n’en avait pas plutôt fait un infirme. La suite de leurs aventures était un petit précis d’amour vache, où les protestations de la provocante créature mammaire face aux furieux assauts du taureau en rut semblaient de pure forme. La séquence formait une étonnante leçon de choses qui ...
«1...345...25»