1. Version française


    Datte: 31/05/2022, Catégories: fh, Collègues / Travail amour, cérébral, revede, vidéox, caresses, pénétratio, jeu, portrait, québec, rencontre, Auteur: Amarcord

    ... peuvent désormais s’abreuver de porno à la demande, partout, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et en clair. Il est probable que certains s’y ruinent les yeux comme le sommeil, et s’y contaminent la libido au point d’en oublier de baiser. Pour que votre collection de films explicites puisse nous intéresser, il faudrait au moins qu’elle propose quelque chose de différent, loin de la vulgarité du tout-venant. Un minimum de talent, d’esthétique ou de fantaisie. Et puis ne soyez pas trop gourmand : nous avons récemment été victimes d’un hold-up.
    — Comment cela ?
    — La Ligue de football professionnel. Vous avez déjà entendu parler de cette association de malfaiteurs ? Mon budget fictions a été raboté d’un tiers. Qu’est ce qu’on ne ferait pas par esprit d’équipe ? Nous sommes toujours plus « but » et sans cesse moins canailles.
    — Je ne pense pas que nous ayons des prétentions budgétaires si élevées. Pour ce qui est des prétentions artistiques, je suis mal placé pour en décider.
    — Eh bien, Monsieur Bismuth, peut-être est-ce le moment de juger sur pièces ?
    
    Elle esquissa un geste du bras qui devait s’adresser à un tiers, au-delà de la paroi de verre, et une ravissante jeune femme blonde, en mini-jupe et bottes montantes, passa la tête dans le vide de la porte entrouverte.
    
    — Adèle, voulez-vous bien demander à Momo de préparer la salle de visionnage et introduire ceblue-ray dans le lecteur ? Qu’il le cale sur une scène au hasard. Nous descendrons dans quelques minutes.
    
    La ...
    ... jeune femme saisit la pochette, promit de faire le nécessaire, et sortit aussitôt. On avait un certain art de vivre, dans cette boîte. Tout semblait ici dessiné avec goût, du strict mobilier contemporain à la plastique des collaboratrices.
    
    — Charmante, n’est-ce pas ?
    — Je ne dirai pas le contraire.
    — Un peu naïve, hélas. J’ai fort à faire pour la protéger des abrutis du service des sports.
    — Vous n’aimez décidément pas les footeux.
    — Ce sont eux qui aiment un peu trop la fesse. Si ce n’est pas là un paradoxe ! Parfois je me dis que nos domaines respectifs ont été bien mal attribués.
    — C’est vrai que vous semblez vous-même animée par la compétition.
    — Plutôt comme arbitre, alors. Parfois je sors mes cartes jaunes. Ou rouges. Mais revenons à vous, Monsieur Bismuth. Vous êtes dans le porno par vocation ou par opportunisme ? Si j’ai bien compris, vous n’êtes ni le réalisateur ni le producteur de la collection de films que vous me proposez d’acheter…
    — En effet. Tout au plus le distributeur pour l’Europe. Et encore… Votre question a négligé une hypothèse, Madame Auverseng. Je suis dans le porno par hasard, ou plutôt par accident. Celui de mon camarade Denis, qui se remet à l’hôpital des conséquences d’une malencontreuse collision avec un sapin sur une piste noire. Par sympathie, je gère provisoirement son catalogue de droits de diffusion. C’est lui qui avait obtenu ce rendez-vous, je me contente d’assurer l’intérim.
    — Voilà qui est rafraîchissant ! Vous êtes donc puceau ...
«1234...25»