1. La Piqûre (1)


    Datte: 14/01/2022, Catégories: Hétéro Auteur: Dyonis

    ... n’était plus une question de baromètre.
    
    — Il est temps de te dévergonder ma grande, prononça-t-elle en s’adressant une moue.
    
    Elle s’équipa d’un bouquin et descendit, pieds nus, se préparer un rafraîchissement. Elle eut.
    
    Un sourire un peu carnassier aux lèvres, elle sortit pour voir où en était Valentin.
    
    — Valentin, vous en avez pour combien de temps à peu près ?
    
    Du haut de son échelle, Valentin ne se retourna même pas. Elle fut presque déçue, ayant anticipé une réaction à la découverte de sa nouvelle tenue.
    
    — Je termine dans une demi-heure. Pourquoi, vous êtes pressée ?
    
    Surprise par cette rhétorique, elle répondit d’un ton un peu sec.
    
    — Bien, je vous mets une bière au frais.
    
    Puis elle consacra la demi-heure suivante à son livre, se délassant dans une chaise longue devant la piscine.
    
    — Voilà, j’ai terminé Christelle.
    
    Elle manqua de sursauter, surprise autant par le fait qu’elle ne l’avait pas entendu approcher, que parce qu’il l’avait appelée par son prénom.
    
    Sa belle assurance de tout à l’heure venait de s’envoler.
    
    Valentin s’accroupit à côté du transat pour se mettre à sa hauteur, et son visage encore en sueur, baigné de lumière, lui parut très beau.
    
    — Je vais vous chercher votre bière...
    
    — Non, ce n’est pas nécessaire, je vous remercie, je me suis déjà désaltéré. Et puis je n’aime pas la bière. En revanche, je prendrai bien une douche. Vous permettez que j’utilise la douche extérieure de votre piscine ?
    
    — Heu, oui, bien ...
    ... sûr, pas de problème.
    
    Lorsqu’il se releva, elle perçut clairement son regard sur ses seins. Elle jeta elle-même un coup d’œil lorsqu’il eut tourné les talons, pour savoir ce qu’il avait pu voir.
    
    — Ho là là ma pauvre, mais qu’est-ce que tu fais ? Tu y es peut-être allée un peu fort quand même.
    
    Outre le débardeur plus qu’affriolant, sa posture allongée dans le transat, son ventre plat et la taille un peu grande de son short, le gardait soulevé au niveau de la taille. Valentin avait sans aucun doute pu plonger son regard assez bas pour comprendre qu’elle ne portait également aucun dessous. Pas de soutif OK, mais pas de culotte ni de maillot, c’était de la provoc manifeste.
    
    — Ho et puis zut, je suis grande et je suis chez moi. Je fais ce que je veux d’abord.
    
    Valentin sortit des affaires de rechange de son sac à dos. Il avait donc l’habitude de prendre une douche chez ses clients, ce qui lui parut rassurant.
    
    Il disparut derrière la clayette abritant la douche, et elle entendit bientôt le ruissellement de l’eau, suivi d’un râle de bonheur.
    
    Une autre idée saugrenue vint alors à l’esprit de Christelle.
    
    Rejetant définitivement toute velléité de sagesse, elle se leva doucement, et s’approcha sans bruit de la clayette. Elle entendait l’homme frotter son corps sous la douche. Collant son visage au bambou, elle fut enfin assez proche pour voir au travers. Ne respirant plus, elle découvrit le corps nu, parsemé de savon. Un grand rire intérieur la secoua de spasmes ...