1. La Piqûre (1)


    Datte: 14/01/2022, Catégories: Hétéro Auteur: Dyonis

    ... le souvenir de ce café en compagnie de Valentin revint la troubler.
    
    Débouchant dans le jardin par le portillon latéral, elle surprit Valentin, arc-bouté sur son échelle pour raccourcir une grosse branche récalcitrante située au sommet des haies.
    
    Située derrière lui, elle remarqua le travail des muscles de son dos, et son regard dériva inconsciemment vers ses fesses. Le débardeur et le short mettaient en valeur la plastique de cet homme, lui conférant un côté rustique qui lui plaisait bien.
    
    La chaleur et le travail le faisaient transpirer, plaquant le débardeur sur sa peau.
    
    Se décidant à quitter la scène de cet ouvrier, elle monta se changer dans sa chambre.
    
    Tout en se déshabillant, elle repensa à ce qu’elle avait ressenti le matin même, en surprenant le regard de cet homme sur son décolleté. Elle eut envie de retrouver cette sensation, et de s’amuser à le séduire. Juste par jeu.
    
    Nue devant sa glace, elle détailla ses petits défauts. Elle faisait partie des rares femmes à considérer que les défauts corporels ajoutent au charme de l’ensemble. A 45 ans, elle se trouvait belle et attirante. La taille fine et le ventre plat, une poitrine peu volumineuse, mais qui tenait fermement, des cuisses et des fesses voluptueuses, mais toniques.
    
    Elle reconnut l’envie de faire l’amour. Par fidélité envers son mari, il n’en était pas question avec Valentin, bien sûr, mais ... « allumer n’est pas tromper » prononça-t-elle dans un murmure face au miroir.
    
    Cédant à la ...
    ... tentation, elle enfila un débardeur très échancré, devant et sur les côtés. Elle eut besoin d’excuser ce choix par la chaleur de cette journée :
    
    — Il fait si chaud aujourd’hui Valentin ... adressa-t-elle à son reflet, en prenant une posture aguicheuse.
    
    Seins nus dessous, le tissu fluide laissait deviner ses formes sans que rien ne soit vraiment visible. Elle pensa à son époux, un peu honteuse de cette envie de jouer ainsi avec le regard d’un autre homme que lui.
    
    Il ne rentrerait que le lendemain et ne risquait donc pas de surprendre son petit manège. Et puis c’était juste pour rire, d’une manière bien innocente, et puis étant son employé, cet homme n’aurait d’autre choix que de rester très correct avec elle. Elle se sentit forte de sa position d’employeur.
    
    Elle choisit donc un short très court en jean blanc, délavé, effiloché, et un peu grand pour elle. Rouge de confusion, elle réalisa qu’elle n’avait pas mis de maillot et commença à faire redescendre le short, lorsqu’elle suspendit son geste à mi-cuisse.
    
    Et si ...
    
    Oh et puis zut, il n’en saura rien de toute façon. Comment pourrait-il savoir ?
    
    L’heure n’était pas à la raison, et elle remit son short sans rien dessous.
    
    Elle n’avait jamais fait cela, alors que son mari le lui demandait souvent. Le faire pour un inconnu qui ne le saurait jamais lui procura une puissante sensation, d’excitation et de vulnérabilité entremêlées. Comme une douce chaleur tout au fond de son ventre. Elle avait chaud, mais là, ce ...