1. Le Théâtre de l'Enclume (3)


    Datte: 11/01/2022, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: megalosex

    ... micro :
    
    — Alice, je salue votre courage et celui de vos amies ! Pour venir dans cet antre, il faut en avoir dans le… Oh, pardon, Alice ça m’a échappé…
    
    — Ne vous excusez pas, Gérard : je comprends parfaitement que vous soyez pris par cette ambiance délétère. Mais nous ne sommes pas là pour combattre les désirs de soumission de nos semblables. Non, ce que nous récusons, c’est cette idée, parfaitement absurde, qu’une femme ne doit pas porter de culotte ; être cul nu, autrement dit. Nous revendiquons le droit de porter la culotte, que diable !
    
    — Justement, Alice, pouvez-vous nous rappeler – rapidement – l’origine de votre mouvement ?
    
    — Très simplement : j’ai fini par en avoir assez de lire, sur Xstory en particulier, tous ces récits où des femmes sont priées de se passer de culotte ; et quand je dispriées, je suis gentille : la plupart du temps, ce sont des injonctions, des ordres ! Et comme vous pouvez le constater, j’ai fait des émules. Maintenant, les déculotteurs de tout poil nous trouvent sur leur chemin !
    
    Gérard enveloppe Alice du regard :
    
    — Mais dites-moi, Alice, vous êtes mignonne avec cette petite jupette et ce débardeur kaki. Il ne doit pas y avoir grand-chose à faire pour qu’on aperçoive…
    
    — Ma culotte ? C’est ça ? Mais dites-le donc ! Et vous constatez que nous portons toutes le même uniforme ; et la jupette, c’est ce qui nous permet de montrer, à tout moment, que nous portons une culotte !
    
    — Dites-moi, Alice, vous ne craignez pas que ce genre ...
    ... de provocation débouche sur un affrontement physique ? Adolphe pourrait l’avoir mauvaise et faire donner ses C.R.S. (1)
    
    Alice hausse les épaules :
    
    — On les attend, Gérard, on les attend !
    
    Soudain, répondant sans doute à une provocation d’Adolphe, voilà les six autres qui se lèvent tout en hurlant quelque chose, poings tendus.
    
    — Alice, j’ai bien compris ? Elles traitent Adolphe de fasciste, c’est ça ? Vous y allez un peu fort, non ?
    
    — Vous avez mal entendu, Gérard, avec cette ambiance de folie : non, elles le traitent defessiste. C’est ainsi que nous appelons ceux qui exigent des femmes qu’elles soient sans culotte.
    
    Et voilà que le commando du M.D.P.C. déploie une banderole, soigneusement dissimulée jusque-là. Gérard se précipite pour voir ce qui y est écrit :
    
    — Chers auditeurs, quelle audace ! Elles ne l’ont pas envoyé dire à Adolphe… je lis : « Le fessisme ne passera pas ! Vive les petites culottes ! »
    
    Puis, jetant un coup d’œil sur la scène pour voir la réaction d’Adolphe :
    
    — Eh bien, chers auditeurs, l’attitude d’Adolphe est franchement méprisante, et on sent qu’il se retient de faire un esclandre !
    
    Gérard revient auprès d’Alice :
    
    — Je vais rejoindre mon pupitre. J’espère que vous tiendrez le coup, Alice.
    
    Et cette dernière, avec un brin de malice :
    
    — En parlant de tenir le coup… vous semblez vous être bien remis de ce clystère, n’est-ce pas ?
    
    — Oh non, Alice… vous n’allez pas vous y mettre aussi. J’aimerais qu’on cesse de parler de ...
«12...456...11»