1. Le Théâtre de l'Enclume (3)


    Datte: 11/01/2022, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: megalosex

    ... :
    
    — Même si je n’en ai amené qu’une, sachez que j’ai huit soumises : une pour chaque jour de la semaine et une, spéciale, pour les jours fériés. Je les ai entreposées dans un donjon et offert une belle cage à chacune d’elles. Et le donjon est merveilleusement équipé : des croix, des chaînes, des anneaux aux murs et toutes sortes d’appareils destinés à satisfaire mes désirs sadiques. J’en ai même inventé pour mon propre compte. Pour la nourriture, elles ne me coûtent pas cher : des boîtes de Canigou et de Ronron… bien sûr, à manger dans une écuelle posée sur le sol. De vraies chiennes… sauf qu’elles n’ont pas le droit d’aboyer. Sans mon autorisation, du moins.
    
    Le public ricane de satisfaction, puis Adolphe reprend son discours :
    
    — Certains d’entre vous pourraient se demander « Pourquoi un donjon ? Tu pourrais aussi bien les installer dans une luxueuse demeure, même si elles doivent patauger dans la luxure. » D’abord, un donjon, c’est sinistre. On imagine des murs épais qui suintent d’humidité, avec des petites ouvertures qui entretiennent une demi obscurité ; bref, une ambiance propre à susciter un sentiment de terreur chez mes soumises.
    
    Adolphe aperçoit un spectateur qui lève la main.
    
    — Qu’as-tu à me demander ? Parle donc : nous sommes entre nous, n’est-ce pas ?
    
    — Est-ce qu’elles sont toutes heureuses d’être tes soumises ?
    
    — Bien sûr ! Ces chiennes signent un contrat en bonne et due forme dans lequel elles déclarent frétiller de plaisir à l’idée de se ...
    ... soumettre à mes sévices sadiques qui les rendront folles. En plus, elles acceptent d’être sévèrement punies à chaque manquement à la règle. Me croirez-vous si je vous affirme que certaines de mes soumises font exprès de se tromper pour le seul plaisir de recevoir un châtiment corporel ?
    
    Il s’interrompt un bref instant, puis continue :
    
    — Et pour les châtiments, je peux vous dire que je ne me prive pas. Mes préférés sont les pinces sur les tétons et les coups de cravache sur le corps, surtout sur les endroits sensibles que sont leurs chattes. Je me régale à les entendre hurler. Hmmm, ça me fait bander grave rien que d’y penser. J’utilise aussi des godes de toutes les tailles. Bref, ce sont mes joujoux extras qui font crac boum hue ! Et mes soumises sont à mes genoux. De temps en temps je leur fais prendre l’air sur le chemin de ronde du donjon ; je promène mes chiennes, quoi. Naturellement, je les tiens en laisse, et pour faire plus vrai je les incite – que dis-je, je les oblige – à aboyer.
    
    Puis Adolphe dit quelques mots sur chacune de ses soumises. Cette partie du spectacle semble un peu moins intéressante à Gérard Manvussat, qui en profite pour interviewer la délégation du M.D.P.C.
    
    — Chers auditeurs, voici le moment de nous rapprocher du front pour atteindre ce véritable réduit défensif qu’est devenue la rangée de fauteuils où sont installées les sept femmes du commando du M.D.P.C. Et voici celle qui est à leur tête : j’ai nommé Alice Saglyss.
    
    Gérard lui tend le ...
«1...345...11»