1. Le Théâtre de l'Enclume (3)


    Datte: 11/01/2022, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: megalosex

    ... basse, sur le ton de la confidence :
    
    — Un beau matin, on pourrait retrouver votre cadavre dans le caniveau… émasculé… avec une petite culotte enfoncée sur la tête. Oui, c’est ainsi qu’elles signent ce qu’elles appellent uneexécution médiatique.
    
    Devant la mine surprise d’Adolphe, il ne peut s’empêcher de rire :
    
    — Vous avez failli y croire, n’est-ce pas ? Non, elles n’utilisent pas de méthodes aussi radicales que celle-ci, rassurez-vous, mais elles ont un grand retentissement, je vous l’assure. Vous avez dû entendre parler du fameuxentarteur belge, n’est-ce pas ? Eh bien, ces damesencyprinent !
    
    Adolphe Veukunu est dubitatif. Il ne saisit pas du tout le propos d’Olivier :
    
    —Encypriner… qu’est-ce que c’est, ce truc ? Ce n’est pas une blague, au moins ?
    
    — Oh, que non, Adolphe. Je vais vous expliquer ça en deux mots. Une fois que le M.D.P.C. – c’est-à-dire le Mouvement de Défense des Petites Culottes – a choisi une cible, il mobilise celles de ses adhérentes qui ont la particularité d’être desfemmes fontaines, puis il les charge de réunir quelques litres de cyprine. Après quoi vient le choix du moment opportun pour frapper la cible désignée. Le moment le plus médiatique, bien sûr, l’essentiel étant qu’on en parle le plus possible. Vous vous souvenez de ce cinéaste auteur de films pornos qui avait osé dire qu’on devrait interdire aux femmes de porter des culottes ? Elles ne l’ont pas loupé : il sortait de la mairie main dans la main avec sa nouvelle épouse quand ...
    ... une de ces furies s’est brusquement trouvée face à lui et lui a balancé le contenu d’un seau de cyprine en pleine figure. Fallait voir la tête de la mariée !
    
    Comme il voit qu’Adolphe est visiblement estomaqué par son récit, Olivier en rajoute :
    
    — Et ce présentateur du Journal Télévisé, le vingt heures, quoi ; là, elles ont certainement bénéficié de complicités internes : il en fallait pour balancer la cyprine sur la tronche du présentateur à l’instant même où il prenait l’antenne. Si bien que des millions de téléspectateurs ont eu la vision de cet homme, le visage dégoulinant de cyprine, avant que l’émission ne soit brutalement interrompue. Mais le mal était fait.
    
    Adolphe, déstabilisé un bref instant, retrouve son aplomb :
    
    — Mouais… en tout cas, avec moi, elles trouveront à qui parler !
    
    Olivier semble consulter un document placé sur son bureau :
    
    — Au fait, vous avez amené vos soumises ? Ne serait-ce que pour vos partisans ; je suppose qu’ils apprécieront de les voir.
    
    — Amener mes soumises ? Vous n’y pensez pas, Olivier : sachez qu’elles me sont précieuses. Vos sept furies pourraient me les abîmer. Non, j’ai trouvé une solution intermédiaire : j’en ai loué une !
    
    — Louer une soumise ? C’est possible, ça ?
    
    — Bien sûr. J’en ai trouvé surLe Bon Coin. Une soumise d’occasion, quoi. Mais en bon état de marche : elle dit « oui » à tout ce que je lui demande. J’ai pu l’essayer sur place avant de signer le bail de location.
    
    — Adolphe, vous en parlez comme ...
«1234...11»