1. Féminin pluriel (13)


    Datte: 04/01/2022, Catégories: Lesbienne Auteur: Clothilde092

    ... continue à faire l’endormie et admire la vilaine qui, de sa main libre, a saisi un de ses gros seins, se triture le téton et arrive même à le mordiller ! Sûr, je ne risque pas de l’imiter !
    
    Mais mon derrière me trahit. Il en veut plus que ce doigt qui tourne autour... du pot... Il se tend et quémande la pénétration. Demande reçue et acceptée, car après une ultime visite à ma chatte, son majeur mouillé s’insinue en moi.
    
    Autant durant sa danse et notre étreinte d’hier soir, elle était restée quasi-muette, là elle me cajole en paroles, minaude et peu importe que je n’y entrave rien. Du reste, elle a une voix charmante.
    
    Mais, si je suis sensible, ô combien ! à sa caresse, j’ai envie de passer à l’action. D’un mouvement que dans les manuels militaires on qualifie de tournant et renversant, je me couche sur elle tête-bêche, voir si sa langue est aussi habile que son baiser. Voir aussi ce qui se cache derrière son buisson.
    
    On admire avec raison les bas-reliefs assyriens, mais ceux de ma Syrienne soutiennent la comparaison ! Les cuisses grandes ouvertes c’est d’abord un plaisir des yeux, ensuite de tous les sens, odorat, toucher et goût... Il n’y a pas que les seins qui soient surdimensionnés chez elle. Son clito aussi est un peu plus (hummm), les fortes cuisses n’ont pas de cellulite disgracieuse, ses pieds sont joufflus comme ceux d’un (gros) bébé. Comme Lila, tout est plus, mais en harmonie... J’adore.
    
    De son côté, elle connaît déjà, mais me bouffe le bonbon ...
    ... comme si c’était la première fois. Ayant noté mon petit vice, un doigt puis deux ont repris place dans mon fondement, ce qui me ravit... ou est-ce son téton qui vient chatouiller mon bouton ?
    
    Jambes en l’air, ses volumineuses fesses s’écartent aisément pour me donner accès à un œil de bronze qui visiblement a bien servi. Je suis souple de ce côté, elle est très, très détendue. Trois doigts y tiennent et son application renouvelée à me lécher prouve qu’elle partage mon penchant.
    
    Mon pouce freine à peine le jaillissement lorsqu’elle jouit. Sur le coup, je pense à ce porno : couche-toi dans le sable et fais jaillir le pétrole ! Et ça me met en joie !
    
    J’ai vexé ma camarade d’ébats. Elle pense que je n’ai pas apprécié son abondante jouissance. Avec de grands gestes, je désamorce la situation et elle rit avec moi. Allongées côte à côte, nous faisons connaissance, pas facile, mais avec de la bonne volonté, j’apprends qu’elle est d’Alep, qu’elle a 36 ans (une jeunesse !) et des tas de petites choses.
    
    Elle a compris que j’ai une amie et aussi pour Lila, Jackie et Cécile. Ca n’a pas l’air de la déranger. A approfondir...
    
    Nous gesticulons beaucoup, alors, de temps en temps, une main frôle un visage, un ventre ou un sein... ou bien l’on étreint l’autre... je ne me sens pas frustrée, mais tout à l’heure, je n’ai pas joui... et cette belle plante le long de moi... alors les contacts deviennent des caresses, je la masturbe et ouvre mes jambes pour qu’elle me branle en ...
«12...4567»