1. Féminin pluriel (13)


    Datte: 04/01/2022, Catégories: Lesbienne Auteur: Clothilde092

    ... serveuse. Elle m’explique qu’elle est Syrienne, s’appelle Mina. Avec son mari, elle est partie en Angleterre, mais ce salaud l’a fait travailler dans un restau pour routiers de l’Est, si bien qu’elle a profité d’un chauffeur traversant la Manche pour s’échapper. La meilleure garantie pour que son Jules ne vienne pas la chercher.
    
    Le routier, qui connaissait Lila, a continué sa route, elle est restée travailler et hormis son ignorance du français, Lila n’a que des louanges à son égard.
    
    — Depuis qu’elle est ici, elle aurait pu se trouver un mec, mais elle les a tous gentiment envoyés aux pelotes.
    
    — Et toi ? Tu l’as draguée ?
    
    — Eh bien, écoute, crois-moi ou non, pas du tout. Pourtant je pense qu’elle est chaude ... très chaude... A propos, tu lui as fait impression, elle m’a parlé de toi, l’air de rien, à plusieurs reprises...
    
    Et elle se retourne discuter avec Cécile de problèmes locaux. J’observe Mina du coin de l’œil, elle est loin d’être repoussante, sa danse a mis ses volumineux atouts en valeur et donné des idées quant à sa façon de s’en servir, de quoi enflammer mon imagination et au-delà...
    
    J’adore manger en cuisine. Les odeurs, l’ambiance, donnent une saveur particulière au repas – une complicité supplémentaire. 
Comme d’habitude, nous nous régalons.
    
    Mes trois copines s’amusent bien, moi, j’ai perdu l’habitude des mojitos et caïpirinhas bien tassées et ça tourne ! Mais je suis si heureuse d’avoir retrouvé mes complices et passe un très agréable ...
    ... moment !
    
    La conversation avec Mina se limite à de grands sourires, mais nous arrivons à nous comprendre et j’ai en effet le sentiment de ne pas lui déplaire.
    
    Repue, j’étends mes jambes en attendant le café. Le chat de la maison me frôle les chevilles. Passe et repasse. J’ignorais que Lila avait adopté un greffier.
    
    Béate, je regarde autour de moi, Mina sourit, les filles causent.
    
    Mais ! On escalade mon mollet, furtivement. Des doigts de pied malicieux qui joueraient du piano... Ils grimpent doucement, jusqu’au genou !
    
    Mina, yeux plissés, est perdue dans ses pensées... Je glisse une main le long de ma cuisse et entre en contact avec un pied rebondi, tout chaud. Doucement, je caresse le peton, le fais remonter le long de ma cuisse.
    
    Elle me regarde droit dans les yeux, l’effrontée. Le pied revient se poser en terrain conquis. J’adore ce moment. Pas de doute, elle me veut. Et je veux bien !
    
    Cette situation est terriblement érotique, je goûte chaque miette de cette sensualité muette.
    
    Les filles nous ont laissées seules.
    
    Mina joint ses pouces et index, en forme de chatte, sans me lâcher des yeux fait mine de lécher.
 J’applaudis et fais aller ma main d’elle à moi pour lui indiquer que j’ai envie aussi de goûter sa foune.
    
    J’arrondis le pouce et l’index de ma main gauche, sans équivoque, j’y fais coulisser mon majeur droit.
    
    Elle prend son verre, trinque avec moi, le finit doucement. Se lève, me prend par le coude et me guide vers sa chambre.
    
    Lila a trois ...
«1234...7»