1. Féminin pluriel (13)


    Datte: 04/01/2022, Catégories: Lesbienne Auteur: Clothilde092

    Les restrictions au voyage enfin levées, ma Chérie (voir “un déménagement imprévu”) peut enfin aller passer une semaine chez ses parents. D’un commun accord, elle y va seule. Moi, j’irai dans l’Oise retrouver Jackie et Cécile que je n’ai pas vues (ni connues, comme on dit dans la Bible) depuis... pfff... trop longtemps !
    
    Dès mon arrivée à la gare, elles m’informent qu’elles ont prévu d’aller dîner le lendemain soir chez Lila, notre amie/amante restauratrice, qui a profité de la fermeture pour effectuer des modifications...
    
    Leur petit sourire pique ma curiosité, mais j’ai beau faire, motus, elles ne révèlent rien.
    
    — Surprise, tu devrais apprécier... on a immédiatement pensé à toi !
    
    Je me doute bien que nous ne ferons pas que manger ! Lila, c’est un personnage ! Je la surnomme l’Ogresse, ma Trollesse ! Je serai heureuse de la revoir elle aussi.
    
    Grande, de belles rondeurs partout où accrocher le regard, des seins... non ! de vrais nichons tellement il y en a (et on en redemande, croyez-moi), une croupe à rendre jalouse une jument boulonnaise et avec ça une peau mate au grain phénoménalement fin qui lui confère une douceur...
    
    Par-dessus ça, de grands yeux d’un noir profond, un sourire irrésistible, une voix plutôt grave avec un petit accent de là-bas qui me remue les tripes.
    
    En bonne Ogresse, elle aime, elle adore le sexe. Depuis qu’un de ses serveurs avec qui elle avait eu une aventure s’est imaginé lui avoir mis le grappin dessus, le personnel est ...
    ... féminin.
    
    Nourriture et accueil sont à son image, généreux, simples, bien faits, de bons produits naturels en abondance. Il y a peu de tables, ça ne désemplit pas, car elle est réputée bien au-delà du village.
    
    Le soir dit, nous prenons l’apéro au bar, Lila serait vexée si nous n’attendions pas pour dîner avec elle après le service.
    
    Les peintures et divers aménagements ont changé. C’est de bon goût et sent encore le neuf.
    
    Il y a aussi une nouvelle serveuse en salle. Encore plus typée orientale que sa patronne. Pulpeuse, gracieuse, très souriante.
    
    Vers 22h30, la lumière se tamise et la nouvelle serveuse qui s’est discrètement éclipsée pour se changer, d’un bond tourbillonnant jaillit au milieu des tables exécuter une danse du ventre.
    
    C’est donc ça la fameuse surprise !
    
    J’ai toujours été fascinée par la danse du ventre !
    
    Chaque table reçoit l’émoustillante visite de la danseuse et rapidement sa ceinture se garnit de billets. Ce n’est pas de la pacotille, elle est très douée, nul doute qu’après un tel spectacle, il va y avoir du remue-ménage dans les chaumières !
    
    Comme nous sommes au bar, elle danse devant nous en dernier.
    
    Mais quand je veux glisser mon billet comme les autres, elle esquive d’un joli mouvement de hanches et de tête avant de retourner s’habiller en serveuse sous les applaudissements. Tout juste ai-je eu le temps de sentir la souplesse de sa peau soyeuse.
    
    Le service terminé, Lila nous rejoint. D’un petit coup de menton, je lui indique la ...
«1234...7»