1. Le Tournoi des six nations (2)


    Datte: 25/11/2021, Catégories: Hétéro Auteur: Lartmateur

    ... sais que dans le milieu sportif mieux vaut ne pas être trop coincée, je romps donc le silence installé.
    
    — Cela aurait pu, jeune homme, mais pas la vôtre en tout cas.
    
    Des éclats de rire suivent et le gars en question se fait bien chambrer par ses potes. Les chants reprennent de plus belle.
    
    Mon mari et moi sommes naturistes. Je suis donc à mon aise au milieu de tous ces hommes nus. J’en compte dix-sept. Pas tous beaux, mais bien bâtis. Le plus jeune doit avoir tout juste la vingtaine, le plus vieux un peu moins de quarante ans. Mieux qu’à la plage et surtout dans un contexte d’exhibition autre, je reconnais avoir un certain contentement à pouvoir les mater ainsi en toute impunité. Le président me les présente un à un. Je ne peux m’empêcher de jeter un œil aux attributs exposés. Je leur serre la main et tente de cacher la délicieuse fièvre qui monte en moi. Je suis un peu comme la ministre des Sports qui est entrée dans le vestiaire de l’équipe de France de football à une époque. Qu’avait-elle pu ressentir ?
    
    Les joueurs restent corrects. Deux ou trois cachent tout de même leur service trois-pièces sous une serviette ou un maillot alors qu’un autre plus hardi sans aucune gêne exhibe sa verge dressée, rien de bien méchant. Je trouve même l’hommage plutôt flatteur. Cela fait plaisir de constater que de jeunes hommes peuvent avoir envie d’une femme plus mûre. Pour quelques-uns, je pense que je pourrais être leur mère.
    
    Je suis consciente qu’une fois le dos tourné, ils ...
    ... matent tous mon cul comprimé dans ce pantalon peut-être trop étroit. Je m’en moque et bien au contraire même. Quelle salope je suis finalement !
    
    Présentations terminées, René m’entraîne vers les douches dont l’eau coule encore.
    
    Là, mes lèvres restent suspendues et tout mon corps s’émoustille.
    
    Devant moi, un géant rouquin se rince les cheveux et moi l’œil. Il est de dos, un torse en V comme jamais je n’ai pu admirer, un fessier rebondi de muscles aux fossettes creusées, des cuisses énormes et des mollets saillants. Chaque parcelle de son anatomie n’est que muscles en action sous l’effet de la friction qu’il s’afflige.
    
    René l’appelle.
    
    — Gordon !!!... Gordon !!!
    
    L’individu se retourne et me fait face sans aucune pudeur. Les sportifs sont habitués aux douches communes et à la promiscuité des vestiaires. J’en reste interdite, médusée devant l’imposante stature de Gordon, puisque c’est ainsi qu’il se prénomme. Le colosse doit mesurer pas loin de deux mètres, voire plus. Un bûcheron à l’état pur. Comme me l’ont suggéré ses cheveux courts, il est roux de la tête aux pieds, mais aussi barbu. Le collier, la barbiche et la moustache sont finement taillés. Paradoxalement, un sexe glabre. Tant il est géant, que je n’ai quasiment pas besoin de baisser les yeux pour apprécier un organe génital exceptionnel. Je suis interdite.
    
    Un tel engin ne se promène pas tous les jours à quelques centimètres de vos yeux. Mon mari normalement pourvu envie ses congénères bien montés. A ...
«1234...15»