1. Le Tournoi des six nations (2)


    Datte: 25/11/2021, Catégories: Hétéro Auteur: Lartmateur

    Troisième Mi-Temps - Acte II
    
    Céline et moi sommes mariés depuis près de 20 ans et avons décidé de vous raconter à tour de rôle, notre vision d’un évènement survenu à l’occasion d’un tournoi de rugby dans notre commune.
    
    Céline :
    
    Ensemble, nous nous dirigeons donc vers le bâtiment tout en bavardant. Je suis tout de même méfiante avec ce branquignol. Il m’explique les difficultés financières du club, qui malgré une gestion saine, a beaucoup de mal à dégager quelconques bénéfices lors des différentes actions menées. Le claquement de mes talons résonne dans le hall comme les crampons des joueurs ont dû le faire quelques minutes plus tôt.
    
    Il ouvre une première porte et m’invite à entrer. Je suis sur mes gardes, mais j’avance dans la pièce. C’est un vestiaire qui sent la sueur, mais aussi les égouts.
    
    — Comme vous pouvez le constater, c’est assez crade. Les patères sont cassées ou absentes, le carrelage est fendu, la faïence des douches se décolle, les portes des toilettes sont défoncées et les w.c. sont bouchés. Tout cela, je l’ai déjà signalé au maire, mais rien ne bouge. Nous ne pouvons plus utiliser cette pièce.
    
    Je passe les détails de ce premier vestiaire, car outre l’odeur, certains détails sont ragoûtants. Il m’entraîne ensuite vers différentes pièces et m’énumère une liste à rallonge des travaux que le club souhaite entreprendre.
    
    A plusieurs reprises je dois m’approcher de lui pour entendre ce qu’il me dit, car les joueurs chantent et rigolent dans un ...
    ... vestiaire tout proche. A chaque fois, il en profite pour tenter de lorgner dans mon chemisier tendu par ma généreuse poitrine et dont le premier bouton est défait. Finalement, cela m’amuse de le voir loucher pour tenter d’apercevoir un bout de sein. Par jeu, ou pure provocation, alors qu’il s’est retourné, je détache un deuxième bouton de mon corsage et tire sur les pans, suffisamment pour laisser entrevoir le creux de mes seins. Lorsqu’il s’en aperçoit, le président, ordinairement loquace, se tait quelques instants, hypnotisé par la vue que je lui offre. Reprenant son self-control, René m’invite à pénétrer dans la pièce suivante. J’appuie sur la poignée et pousse la porte.
    
    Avant même que je ne puisse reculer, René me projette dans la pièce d’une main énergique appuyée sur mon postérieur. Je pense même qu’il en a profité pour glisser son majeur sur ma vulve renflée. Mais compte tenu de ma surprise, je ne peux l’affirmer. Je me retrouve donc propulsée dans le vestiaire de nos joueurs dont la plupart sont à poil. Je suis accueillie par des sifflets admiratifs. Il claque la porte derrière lui, indiquant aux garçons que je suis la représentante de la ville et que nous sommes là pour constater tout ce qui ne va pas dans les vestiaires.
    
    Un joueur, se croyant certainement plus fin que les autres, lance à la cantonade :
    
    — On a cru que c’était notre récompense.
    
    Chacun s’est rendu compte du propos déplacé, et les bavardages cessent.
    
    Il m’en faut plus pour me m’intimider. Je ...
«1234...15»