1. Ça se précise


    Datte: 05/10/2021, Catégories: f, ff, Collègues / Travail intermast, Oral policier, Auteur: Domi Dupon

    ... donné une clé, elle entra dans ce qui, jour après jour, devenait son « chez-soi ». Après s’être douchée, elle revêtit sa tenue de nuit : un vieux t-shirt de son amie, trois fois trop large pour elle. Elle se prépara un plateau-repas qu’elle prit, avachie devant la télé. À 23 heures, Électre n’étant toujours pas rentrée, Élodie alla se coucher.
    
    Lorsque, enfin, celle-ci la rejoignit, la nuit était déjà bien avancée. S’agenouillant près du lit, l’Antillaise réveilla en douceur sa compagne par de tendres baisers dans le cou alors que sa main droite glissée sous la couette enveloppait un sein au repos. Quand sa dulcinée, se redressant voulut lui rende la pareille, elle l’en empêcha.
    
    — Stop Élo ! On a trouvé plein de trucs qui vont t’intéresser.
    
    Elle brandissait une tablette sous son nez. Élodie s’assit confortablement, calant son dos avec un oreiller, une main posée sur la cuisse de son amie.
    
    — Je suis tout ouïe !
    
    Robin et elle avaient exécuté l’ordre de leur supérieur, mais ils n’avaient pu se résigner à attendre le lendemain. Elle s’était occupée du disque dur pendant que Desbois violentait l’APOD. Sur ce dernier, il avait pu récupérer la correspondance Messenger de la victime. Correspondance qui révélait des relations très, très particulières avec plusieurs habitants du hameau. Il découvrit aussi un compte Gmail qui ne contenait que des brouillons destinés à un seul interlocuteur répondant au pseudo évocateur de « Roméo ». Messages brefs, codés dans un code ...
    ... simpliste qui lui avait permis très vite de comprendre que ces messages servaient à fixer des rendez-vous. D’après Électre, l’identité de « Roméo », ne faisait guère de doute : le marquis de Barbier-Lacourt, son maître et amant. Messages jamais expédiés selon le vieux truc qui évitait un traçage : les dates étaient fixées, généralement, sans aucune indication de lieu. Ils avaient supposé qu’ils se rencontraient à Larouma. Robin avait décortiqué la tablette, tout épluché, mais son utilisation de l’APOD était minime et il ne trouva aucun nouvel élément exploitable.
    
    Électre avait été plus chanceuse.
    
    — Corine-Marie ignorait tout des subtilités de l’informatique, pas de mots de passe, pas de fichiers cryptés. Son disque dur regorge de fichiers photos et vidéo en libre accès. Elle avait un culte pour son corps et possédait un nombre important d’autoportraits dans des poses flatteuses prises avec un bon appareil. Notamment un fichier complet regroupant des dizaines de photos sur sa poitrine, genre avant et après.
    — Avant et après ?
    — Ben avant et après chirurgie, ricana Électre. Elle faisait une fixette sur ses nichons.
    — Ça t’est facile, ma belle. Avec la paire que tu as, tu peux ironiser, mais t’as vu les miens.
    — Ça fait des jours que je les regarde et pas seulement. Ils sont parfaits, ils tiennent dans mes mains. Regarde.
    
    La tablette tomba sur le drap alors que deux mains empaumaient la poitrinette juvénile du jeune officier. S’ensuivit un nouvel échange de baisers et de ...
«1234...9»