1. Ça se précise


    Datte: 05/10/2021, Catégories: f, ff, Collègues / Travail intermast, Oral policier, Auteur: Domi Dupon

    ... avoir dans celui-ci. Il était partitionné. En ouvrant des fichiers photos dans la partie Data, il avait, immédiatement, compris qu’il était tombé sur une bécane qui allait intéresser la maréchaussée : des portraits, self-portraits de Corine-Marie Henneau. Il ne la connaissait que par le biais de sa pharmacie dont elle était cliente. Il n’avait pas cherché plus loin. Avec précaution, il avait emballé le tout et l’avait emporté à la gendarmerie de Pont-d’Ain qui s’était empressé, après avoir pris sa déposition, de faire parvenir le tout à la section de recherche à Bourg.
    
    Castagnette et les deux technos, à la poursuite du brûleur de foin investiguaient sur le lieu du dernier exploit du pyromane. Élodie réceptionna rapport, déposition, l’ordinateur et son disque dur. Craignant de commettre une bêtise, elle ne toucha pas à ce dernier. Elle se contenta de poser le tout sur le bureau d’Électre. Elle ou Robin s’occuperait de la faire parler.
    
    Par contre, elle éplucha avec soin les documents qu’on lui avait transmis. Les flics du cru avaient fait le job : en plus de la déposition détaillée de Raspe, ils avaient pris la peine de contacter la déchetterie de Saint-Pons. Il en ressortait clairement que, la benne avait été vidée le 18 avril, soit dix jours après le meurtre. Conclusion : Barbier-Lacourt n’avait pu jeter le laptop.
    
    « Apod, Aphone ! » tilta-t-elle soudainement. Elle appela aussitôt la brigade de Pont-d’Ain, leur demandant d’envoyer une patrouille pour fouiller la ...
    ... benne. Le pharmacien-informaticien avait déclaré qu’après la découverte du portable, il avait arrêté ses recherches. Si l’assassin s’était débarrassé de l’Apfel, peut-être avait-il fait de même avec le reste. Il fallait vérifier. Vulgairement parlant, Élodie mouillait. Si son intuition se vérifiait, ce macho connard de capitaine allait pouvoir se les mordre. La culpabilité du marquis devenait moins évidente.
    
    Elle avait vu juste. En fin d’après-midi, alors qu’elle finissait d’expliquer aux trois autres, rentrés de leurs pérégrinations sur le terrain, une navette leur apporta un Apod 1418 et un Aphone 5462, tous les deux défoncés. Électre se précipita sur le téléphone : première déception, la carte Sim avait disparu. Les deux technos auraient bien délaissé l’affaire de l’incendiaire pour faire parler les bécanes, mais Castagnette, assez justement, leur demanda de, préalablement, analyser les éléments récupérés sur le site du dernier incendie. Les deux officiers, ayant fini leur service, s’en allèrent, abandonnant leurs subordonnés au fastidieux travail de laboratoire.
    
    Élodie allait en profiter pour avancer l’arrangement de son studio, pour tenter de lui donner une apparence d’occupation. Elle passait la plupart du temps dans celui de son amante bien plus cosy. Elle connaissait suffisamment son amie maintenant pour savoir qu’elle ne rentrerait pas avant d’avoir terminé. Aussi quand vers 20 heures, la lieutenant se rendit chez son elle, personne ne répondit. Électre lui ayant ...
«1234...9»