1. La fille aux gants de cuir.


    Datte: 04/05/2021, Catégories: fh, hsoumis, vengeance, Masturbation pénétratio, policier, Auteur: Jean-Marc Manenti

    ... bonne minute, les yeux clos. Lorsque le rideau noir se déchira, il vit la haute stature de Cherifa, d’abord floue, puis de plus en plus nette. Depuis le sol, la sportive paraissait géante. Dieu qu’elle avait de jolies jambes, il devait faire bon y enfouir sa tête. Cette pensée incongrue le fit sourire. Il avait eu du bol cet enfoiré de Lupino ! L’officier de police réussit à se mettre à genoux. Un chuintement attira son attention et il vit arriver sur lui une jeune fille en fauteuil roulant avec, posé en travers de ses jambes, un fusil à pompe. Savard était coincé, il sentit sa peau se couvrir d’une transpiration froide. Un violent uppercut le déséquilibra à nouveau. Cette fois, il ne tomba pas.
    
    — Puisque tu veux tout savoir, je vais te raconter ce qu’on a fait à ton ami Lupino, cracha Cherifa en lui assénant un autre coup de poing.
    
    L’officier de police tangua à nouveau, mais se maintint debout, bien que complètement sonné. Pendant son récit, phrase après phrase, la boxeuse frappait, frappait, frappait encore. L’homme était secoué comme un pantin désarticulé à chaque coup reçu. Il sut qu’il allait mourir. La panique le submergea, il urina sur lui.
    
    — Voilà, maintenant tu sais tout ! ricana ...
    ... Cherifa.
    
    Elle ponctua sa conclusion par un coup plus violent encore que les autres. À bout de forces, Savard tomba à genoux. Sa dernière vision fut les seins de la sportive que moulait son tee-shirt satiné.
    
    Après avoir pressé le bouton vert du distributeur de boissons, le lieutenant de police Lupino poussa un profond soupir de lassitude. Une fois le café brûlant dans le gobelet de plastique, Lupino regagna son bureau pour procéder au dernier interrogatoire de la nuit. C’était une fille qui avait été raflée sur les lieux d’une bagarre entre jeunes… La seule fille sur onze interpellés. Au seuil de son bureau, le policier se figea, son gobelet de café en suspend. Elle était là, assise devant la table, droite comme un I, belle comme Néfertiti ou Cléopâtre. Pendant quelques dizaines de secondes, il admira son profil majestueux, son abondante et épaisse chevelure qui lui descendait jusqu’au creux des reins. Il entra, contourna le bureau et s’assit face à la jeune fille. Il planta un instant son regard dans le sien. Elle avait de grands yeux de biche, un visage un peu allongé, des lèvres pleines qui cachaient deux rangées de dents immaculées, le teint couleur pain brûlé. Lupino remarqua qu’elle lorgnait vers son café. 
«12...891011»