1. Le curé, le retour


    Datte: 23/02/2021, Catégories: fh, grp, religion, collection, Voyeur / Exhib / Nudisme Masturbation Oral pénétratio, fsodo, hdanus, hsodo, Partouze / Groupe confession, délire, Humour Auteur: Tito40

    ... mais elle ne pouvait en toute honnêteté reprocher à son futur époux de se taper la vieille alors qu’elle-même avait mangé de la bite de curé et d’autres, encore, aussi interdites. Elle s’est donc approchée de son futur mari qui s’était arrêté de bourrer la bourgeoise pour l’embrasser à pleine bouche et lui pousser les fesses de sa main pour qu’il reprenne sa saillie perfide.
    
    C’est ainsi, sans véritablement le vouloir ou l’organiser, que je me suis retrouvé au milieu d’une copulation débridée sous les yeux de notre Seigneur et Maître qui, me suis-je dit pour me dédouaner, en avait ressenti quelque émoi génital.
    
    Le jeune futur marié, auquel on aurait donné jusque-là sans hésiter le Bon Dieu sans confession, se montra en effet fort endurant et particulièrement doué pour faire jouir les femmes. La bourgeoise était prêteuse ; en tout cas elle accepta sans renâcler que le jeune se tapât sa future épouse pendant qu’elle reprenait ses esprits. Il les a copieusement arrosées l’une et l’autre, sous les yeux ébahis du mari qui se tirait sur l’élastique en proférant des insanités. Monseigneur, profitant de la fatigue du jeune qui venait de se vider les couilles à plusieurs reprises, a profité d’un moment d’inattention de nos invités pour s’insinuer entre les cuisses de la bourgeoise qui cria « Mon Dieu, que c’est bon ! », ce à quoi il répondit, primaire, « Je ne suis qu’évêque, salope ! » Entendre Madame hurler qu’elle aimait la bite m’a fait sortir de ma réserve ...
    ... et, comme la jeune future mariée était encore en demande, je lui ai rendu service en remplaçant son futur mari qui venait de jouir dans son petit cul blanc. Là, c’est moi qui en ai appelé à Dieu pour qu’il m’aide à ne pas jouir trop vite, qu’il me pardonne d’avance de me livrer ainsi à la débauche, et qu’il veuille bien m’absoudre.
    
    Quand enfin le calme est revenu, nous étions tous un peu hagards. Pour la première fois de ma vie, j’ai eu le sentiment que la pudeur ou les convenances devenaient inutiles. Ainsi, je n’ai pas été choqué que Madame caresse la future jeune mariée qui avait la langue de mon évêque entre les fesses, pas plus d’ailleurs que de voir le mari écarter ses fesses devant moi, comme une invitation à le posséder.« Après tout,me suis-je dit,si je dois un jour absoudre des pratiques sodomites entre personnes du même sexe, autant savoir de quoi je parle. » Aussi, c’est avec curiosité que j’ai plongé mon sexe là où il m’intimait de le faire et que je me suis mis à l’enculer. C’était finalement assez plaisant, bien qu’il me semblât que pour lui, le plaisir venait de la douleur qu’il en ressentit.
    
    Me pardonnerez-vous comme Dieu me pardonne d’avoir fait ces expériences ?
    
    J’ai marié le jeune bien monté et la vierge qui ne l’était plus, laquelle m’a avoué avant l’office qu’elle n’avait pas eu ses règles. Madame et son mari étaient présents à la cérémonie en tant qu’amis des parents, seuls à ne pas savoir que la nuit de noces avait déjà eu lieu. 
«12...4567»