1. Le curé, le retour


    Datte: 23/02/2021, Catégories: fh, grp, religion, collection, Voyeur / Exhib / Nudisme Masturbation Oral pénétratio, fsodo, hdanus, hsodo, Partouze / Groupe confession, délire, Humour Auteur: Tito40

    ... Un pantalon legging noir (j’ai trouvé le mot sur Internet, je ne connaissais pas) ajusté à son corps de liane, qui soulignait ses formes parfaites. Un petit haut blanc en élasthanne également très ajusté, un peu transparent, mais qui ne couvrait pas totalement son ventre plat et musclé. Ses petits seins ronds, son ventre lisse orné d’un piercing brillant au nombril, ses hanches de déesse, ses yeux brillants d’avoir pleuré, son visage qui exprimait un besoin immédiat d’une tendresse divine pour la laver de ses pêchés… J’ai cru me trouver mal. Une trique, mon Dieu, mais une trique… J’ai compris en une fraction de seconde qu’il était impossible de voir une telle beauté sans ressentir dans l’instant une irrépressible envie de la sauter. Pourtant, Dieu m’est venu en aide pour garder mon calme, ne rien montrer de mon émoi, et j’en fus ravi, rassuré, fier même.
    
    Elle s’est approchée de moi, s’est mise à genoux et a posé délicatement son petit visage sur mes cuisses. Elle a passé ses bras autour de mes jambes, comme pour chercher un réconfort immédiat. J’ai cessé de respirer. Mais elle attendait une marque d’affection, c’était évident ; alors, négligemment, j’ai caressé ses cheveux, amicalement.
    
    Anne-Solange a cessé de parler. Elle a serré mes jambes de plus en plus fort jusqu’au moment où sa tête est arrivée contre mon ventre. Elle m’enlaçait tendrement, comme elle aurait pu le faire avec une copine. Sauf que quand on fait ça avec une copine, on ne sent rien de dur qui gonfle ...
    ... dans son pantalon.
    
    J’ai lutté, je le jure. J’ai lutté quand elle a relevé son visage vers moi pour m’adresser un regard interrogateur. J’ai lutté quand sa main a caressé ma cuisse, puis qu’elle est remontée jusqu’à ma ceinture. J’ai lutté quand elle a fait sauter la boucle. J’ai lutté encore quand elle a ouvert la fermeture et qu’elle a écarté les pans. Elle m’a regardé dans les yeux avant de sortir mon sexe déjà dur de son logement. Après, c’est allé trop vite pour que je lutte efficacement. J’ai demandé pardon à mon Dieu et Maître quand j’ai ressenti du plaisir dans la bouche de cette coquine, et demandé pardon à nouveau quand enfin elle fut nue.
    
    J’ai baisé la future jeune mariée. Oui, je peux utiliser ce mot-là, ce vil mot. J’étais en colère contre moi-même, contre mon évêque qui ne m’avait pas guéri de mes pulsions inavouables, contre elle qui m’offrait son magnifique petit cul. En revanche j’ai remercié Dieu d’avoir mis cette fille sur ma route. Sans doute le paradis est-il peuplé de ce genre de filles très chaudes, qui écartent les cuisses pour un rien, vous demandent de les baiser plus fort, vous lèchent partout, vous mettent leurs seins dans la bouche, vous pompent comme des malades. Si c’est ça le paradis, j’en ai eu un avant-goût prometteur.
    
    Sous le legging, c’était encore plus beau et plus excitant. Sous le petit haut, c’était ferme et réactif. Et entre ses cuisses, quel bonheur ! Elle était chaude, humide, et très étroite. J’ai dû faire appel à Jean de la ...
«1...345...»