1. Du fantasme d’être violée à la réalité.


    Datte: 24/10/2022, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Vos histoires Auteur: Chloe

    Je m’appelle Chloé, j’ai 39 ans, je mesure 1,60 m, je suis blonde aux yeux verts, avec un bonnet de 95-B, 60 cm de tour de taille et 110 cm de tour de hanches (j’ai une bonne culotte de cheval). Je suis mariée depuis 15 ans à Florent (41 ans), que j’ai connu pendant mes études supérieures, nous avons deux enfants. Je suis cadre dans une banque, lui est directeur de la région Moyen-Orient pour une entreprise de finance, c’est dire le nombre de déplacements qu’il fait dans l’année : presque la moitié du temps.
    
    Nous avons quand même une vie sexuelle satisfaisante. Mon mari est assez imaginatif, ce qui l’amène souvent à scénariser ses pulsions, cela nous permet de ne pas tomber dans la routine. Je ne jouis pas systématiquement avec lui pendant nos rapports, mais j’y éprouve beaucoup de plaisir. Au contraire, moi, je n’ose pas lui parler de mes fantasmes, car au fond, j’en ai honte et j’ai peur de sa réaction, s’il en prend connaissance.
    
    D’abord, j'ai une fascination pour les gros et longs sexes masculins. Je n’en ai jamais essayé, mon conjoint en a un court et mon petit ami d’avant mon époux (qui m’a déflorée) en avait aussi, un de petite taille. J’ai toujours des orgasmes violents quand je me caresse, en regardant des films X, avec un beau membre reluisant en action, aussi, je rêve un jour de pouvoir en tester un. Mon deuxième fantasme est encore plus inavouable que le premier : je m’imagine seule chez moi, le soir, en tenue sexy. Un homme entre par effraction, me trouve ...
    ... dans la maison ainsi vêtue, je l’excite au point qu’il me viole bestialement, en me frappant, m’étranglant, m’humiliant puis repart, juste après s’être vidé en moi. C’est une pensée qui revient souvent dans ma tête, d’ailleurs, quelques fois lorsque je reste seule parce que mon mari est en voyage d’affaires, je couche les enfants, je m’habille avec une tenue provocante et me caresse, en m’imaginant vivre ce scénario improbable.
    
    Dernièrement, nous avons décidé d’acheter une maison avec jardin (nous habitons un immeuble résidentiel). Lors de mes moments libres, je consulte des agences immobilières qui me proposent plusieurs biens. Au bout de plusieurs jours de visites, je reçois l’appel de Paul, un agent, qui me parle d’une villa qui pourrait m’intéresser. Elle n’a jamais encore été habitée, elle est en fin de construction et les propriétaires ont un besoin urgent de vendre. Il me donne rendez-vous sur place, je le rejoins, en sortant du travail, aux environs de 17h00.
    
    Un ouvrier (polonais, je l’ai su par l’agent) nous ouvre la porte, il nous explique qu’il vient de finir sa journée, nous laisse faire notre visite pour partir se changer. Il est bâti comme une armoire à glace, il est impressionnant, tout est grand chez lui : ses mains, son dos, sa corpulence, un géant en somme. Paul reçoit un appel, il sort pour parler tranquillement, moi je continue, toute seule, de faire le tour. Je tombe sur le travailleur, à la cave, dans une chambre. La porte est entrouverte, il est ...
«1234...7»