1. Un si mignon cadeau d'anniversaire


    Datte: 24/01/2023, Catégories: fh, voisins, Oral pénétratio, confession, libercoup, Auteur: Patrik

    En temps normal, bien que libertine depuis quelques années, je suis en général une personne assez prude dans mes élans affectivo-sexuels, je ne m’offre pas comme ça à n’importe qui, mais parfois j’ai mes coups de cœur, ou plutôt de queue.
    
    Les enfants étant partis du nid, mon mari et moi, nous nous offrons des extras ci et là. Depuis bientôt trente ans, je vis avec Gilles, mon mari. Je suis une Italo-Allemande, ce qui explique mon physique très méditerranéen et aussi ma grande taille. Mon germanique de père m’a prénommé Sandra et j’aime mon prénom, à prononcer à l’allemande, c’est-à-dire « sann-dra », avec la première syllabe qui rime avec Anne.
    
    Ces derniers temps, mon mari m’inquiète, je le trouve de plus en plus proche de ma copine, un peu trop proche, même si c’est moi qui ai facilité leurs contacts. On dirait que Géraldine veut vraiment lui mettre le grappin dessus, me laissant jouer avec son mari Bernard.
    
    Installez-vous une fois de plus confortablement que je vous raconte rapidement tout ça.
    
    Je ne sais pas comment nous en sommes arrivées là, mais Géraldine et moi sommes en train de faire du shopping. Pourquoi pas, ça me vide un peu l’esprit, mais c’est étrange de se balader avec la maîtresse plus ou moins attitrée de son mari. Mais pourquoi diable ai-je fait une soirée coquine pour les rapprocher ? La plupart du temps, Gilles n’a d’yeux que pour moi, mais cette fois-ci, il semble vouloir se préoccuper de ma copine.
    
    Ma copine… ma petite copine, plutôt, ...
    ... puisque j’ai folâtré plusieurs fois avec elle et, comme elle est très docile et avide d’apprendre, c’est un plaisir d’être sa maîtresse dans le double sens du terme. C’est vrai qu’elle est de bonne composition, c’est sans doute cet aspect qui intéresse Gillou.
    
    — Sandra, t’en penses quoi de cette robe ?
    — Hmm ? Oui… pas mal… mais à ta place, je prendrai la blanche…
    — La blanche ? Tu crois ?
    — Essaye, tu verras bien.
    
    Et puis, vu le nombre d’amants que j’ai pu avoir et que j’ai encore dans ma vie, je suis mal placée pour faire la morale à mon mari au sujet de sa seule maîtresse régulière qui, de surcroît, est plutôt gentille et adorable. Ç’aurait été une pimbêche, je lui aurais mis ma main dans la figure et mon pied au derrière. Mais là, avec Géraldine, c’est nettement plus difficile !
    
    — Ah oui, t’as raison, ça me va vraiment bien, et puis elle n’est pas très cher !
    — Alors, fais-toi plaisir, ma Gégé, et achète-la.
    — Tu crois que c’est vraiment une bonne idée ?
    — Tu m’as demandé mon avis, je te l’ai donné.
    
    Oui, je pense que mon mari expérimente avec elle des choses qu’il ne peut pas vraiment faire avec moi. J’ai remarqué qu’il développait de plus en plus son côté dominateur, chose quasiment impossible avec moi. En revanche, Géraldine est toute disposée à se laisser faire.
    
    Nous sortons du magasin, Géraldine a finalement acheté la robe blanche.
    
    — Tu avais raison, la blanche est nettement mieux. Tu as vraiment l’œil pour ça !
    — Oh, je me suis dit que ça t’irait ...
«1234...7»