1. Un si mignon cadeau d'anniversaire


    Datte: 24/01/2023, Catégories: fh, voisins, Oral pénétratio, confession, libercoup, Auteur: Patrik

    ... sont en couple.
    
    Je sens que certains retours au bercail se feront dans les disputes. Mettez un beau décolleté sous le nez d’un homme, et il en oublie femme et enfants !
    
    L’heure tourne, et déjà certaines personnes sont parties. Alain s’occupe enfin un peu plus de moi, bien qu’il soit souvent accaparé par ses invités. Un moment donné, je le vois en train de ramasser quelques verres et bols, puis il se diriger vers la cuisine. À mon tour, je m’empare de quelques plateaux vides pour aller le rejoindre dans la pièce voisine.
    
    Quand je rentre, il se retourne, un peu surpris de me voir là :
    
    — Ah… merci, Sandra… mais tu sais, je peux faire ça tout seul, comme un grand.
    — Un petit coup de main ne fait pas de mal.
    — C’est vrai…
    
    Il s’accroupit devant son lave-vaisselle afin de le remplir. Je m’assieds sur le plan de travail, situé sur sa gauche. À l’image d’un film célèbre qui parle de pic à glace, j’en profite pour croiser et décroiser les jambes, avec suffisamment d’ampleur pour qu’il s’aperçoive vite que je ne porte rien sous ma robe plutôt courte. Un bol en main, Alain fixe mon entrejambe, assez surpris, mais aussi ravi de ce qu’il découvre. Comme il n’a pas sa langue dans sa poche ni ses yeux, il me confirme :
    
    — Ah oui… très beau spectacle !
    
    À ces mots, j’arrête de croiser et de décroiser mes gambettes, laissant mes cuisses largement écartées :
    
    — Et ainsi, c’est mieux ?
    — Ça, c’est indéniable !
    
    Je constate avec plaisir qu’il bande fermement. J’adore ...
    ... quand un homme manifeste son désir de la sorte, ça me donne un sentiment diffus de puissance. Il se relève, la bosse de son pantalon est de plus en plus évidente. Du doigt, je désigne son entrejambe :
    
    — Allez, sors ta queue, tu as bien droit à un petit cadeau d’anniversaire très privé !
    
    Après avoir marqué un petit temps d’arrêt dû à la surprise, Alain dégrafe sans complexe sa ceinture, puis sort son sexe. Après être descendue du plan de travail, je m’accroupis afin de glisser cette belle tige de chair entre mes lèvres. Avec application, je suce, je lèche ce beau vit, peu importe si quelqu’un entre dans la cuisine. Alain se laisse faire, un large sourire aux lèvres.
    
    Dans certains de mes rêves mouillés, j’ai plusieurs fois fantasmé sur Alain. Ce soir, je concrétise, et c’est une bonne surprise, car cet homme a une belle queue, ni trop, ni trop peu, légèrement arquée comme j’aime, avec de fines nervures veinées. Oui, j’aime beaucoup !
    
    Après quelques instants, délaissant cette bonne queue, je me relève, puis je m’assieds à moitié sur le plan de travail, jambes largement écartées :
    
    — Viens me prendre, là, tout de suite !
    — Avec plaisir ! Depuis le temps que j’en rêve !
    — Ah bon ?
    
    Avec célérité, il se place entre mes cuisses, sa tige bien pointée vers moi :
    
    — Eh oui ! Depuis la première fois que je t’ai vue !
    — C’est flatteur !
    
    Avec une joie non dissimulée, j’admire la belle pine pénétrer dans ma fente accueillante, accueillie par ma chatte déjà bien humide. ...
«1...345...»