1. La naufragée de la route (6)


    Datte: 24/11/2022, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: Elyne

    ... suivre !
    
    GERMAIN
    
    Vaincue, Elyne me suit sans résistance à travers la maison, jusqu’au vestibule. Là, j’ouvre un placard contenant des chaussures de toutes pointures, et je choisis une paire de chaussures de rando que je lui demande de mettre. « Pour ne pas blesser tes jolis pieds » lui dis-je en souriant.
    
    Elle est incapable de nouer les lacets, avec ses bras entravés, et je m’en charge, avant d’ouvrir la porte. Une bourrasque d’air frais et humide nous surprend, et la chair de poule rend le corps nu de ma soumise encore plus excitant. Nous sortons, et Elyne claque des dents au bout de sa laisse, pendant que je l’entraîne vers la forêt. Nous empruntons une belle allée cavalière, et je surprends les regards inquiets qu’elle jette autour d’elle.
    
    — Ne crains rien, cette forêt est privée. Elle m’appartient, et seules quelques personnes de ma connaissance ont le droit d’y accéder.
    
    Si Elyne paraît un peu rassurée, le froid continue de la faire trembler. Mais elle me suit sans protester ni résister. Les pluies de la veille et de la nuit ont transformé les chemins en bourbiers, et les jambes d’Elyne sont vite maculées de boue. Nous marchons ainsi sur quelques centaines de mètres, pendant que je lui explique qu’elle posera pour moi aujourd’hui, et que j’organise le soir une fête en son honneur, au cours de laquelle je la présenterai à quelques amis. Mais alors que nous arrivons à la jonction avec un autre chemin, un homme en débouche et se dirige vers ...
    ... nous.
    
    ELYNE
    
    Je le suis sans résister. Nous avançons progressivement dans la maison et nous nous arrêtons devant un petit vestibule. Il cherche quelque chose à l’intérieur et ressort de ce local avec une paire de chaussures de type Randonnée.
    
    Il se tourne dans ma direction, puis s’accroupit devant à moi, et de gestes précis et rapides, me chausse les pieds. Je suis si frigorifiée que j’en claque des dents ! Il exerce à nouveau une autre pression sur la laisse qui m’oblige à le suivre, il ouvre la porte d’entrée et nous voilà à l’extérieur. Le soleil est caché sous les gros nuages gris et la température ne doit sûrement pas dépasser les 15 degrés !
    
    Je le suis au bout de cette maudite laisse, et nous entrons dans un bois par une allée centrale. Je ne puis m’empêcher de regarder autour de nous, je suis dans une position si humiliante... L’humidité de la forêt se met à envelopper mon corps et les claquements de mes dents deviennent de plus en plus rapides et forts... Mon cœur s’arrête net un court instant quand mon maître m’annonce en avançant dans les bois qu’il veut organiser une fête ce soir avec des amis en mon honneur !!! Que va-t-il encore manigancer ? Mes pensées sont vite stoppées à la vue d’un chasseur qui vient de sortir d’un fourré sur ma droite ! Je ne sais plus où me mettre, dans cette position si humiliante !
    
    A voir son regard et le sourire aux lèvres, ma position ne choque même pas cet homme. Il s’approche de nous et adresse ses salutations à mon maître. J’écoute leur ...