1. La naufragée de la route (6)


    Datte: 24/11/2022, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: Elyne

    ... chercher.
    
    ELYNE
    
    Il se retourne et quitte la petite pièce qui me sert de chambre. Il a laissé un plateau sur la table de chevet. J’aperçois une tasse de café fumant et 4 tartines de pain posées à côté d’un petit pot de confiture. Par contre je ne vois pas de petite cuillère. Il prend vraiment toutes précautions avec moi... Je trempe alors mon doigt dans le pot de confiture et je tartine mon pain avec mon doigt...
    
    A chaque prise, je ne peux m’empêcher de lécher avec délectation mon doigt recouvert de fraise. Après plusieurs gorgées de café bien chaud, mon appétit est rassasié et je me dirige vers l’enfoncement à gauche afin de prendre ma douche. Sous l’eau tiède, je ferme les yeux et je réfléchis à la façon dont je pourrais m’échapper. Mais je ne vois aucune issue de sortie pour l’instant. Les larmes coulent sur mon visage mouillé par la douche. Je ne sais pas ce qu’il a décidé aujourd’hui et je m’attends au pire...
    
    GERMAIN
    
    Bien sûr, je ne perds pas une miette de ce que fait ma soumise, grâce à la caméra. Lorsque, après avoir mangé, je la vois sortir de la douche, je laisse passer un moment. Il n’est pas difficile de voir qu’elle angoisse, et l’inquiétude décuplée par l’attente est un bon moyen de la mettre en condition. Lorsque je pense qu’elle est "à point", je rentre dans sa chambre, avec son collier, sa laisse et ses bracelets à la main.
    
    — Vous, vous ne m’avez rien apporté pour que je m’habille, me demande-t-elle, sans pouvoir détacher son regard ...
    ... des instruments de sa soumission.
    
    — Pourquoi veux-tu t’habiller ? Ce serait un crime de cacher ta beauté. Et tu seras punie, la prochaine fois que tu oseras me poser une question de ce genre. Approche !
    
    Vaincue, elle me laisse fixer les bracelets de cuir autour de ses poignets et de ses chevilles. Puis c’est au tour du collier autour de son cou.
    
    — Bien. Nous allons nous promener dans la forêt, tu ne dois pas rester enfermée, dis-je en attachant le mousqueton de la laisse à son collier.
    
    — Nue ?!!!.
    
    — Qu’est-ce que c’est que cette question ? Tu dois même oublier le mot « pudeur », tu étais prévenue. Tu recevras ton châtiment à notre retour !
    
    Après avoir entravé ses poignets derrière son dos, je tire sur la laisse, entraînant Elyne hors de sa chambre.
    
    ELYNE
    
    Je grelotte, nue devant cet homme qui, ce matin, ne m’a même pas amené de quoi me vêtir ! A la place de vêtements chauds, je me retrouve ornée de bracelets de cuir et d’un collier de la même matière.
    
    Je le vois sourire en me voyant aussi terrifiée et surtout en admirant son œuvre.
    
    Je fais un petit pas en arrière lorsqu’il s’approche de moi, tenant en sa main droite une laisse. De sa main experte, il vient positionner son accroche à l’anneau de mon collier. J’ai vraiment l’impression de ressembler à un animal, et plus précisément à une chienne !
    
    Mon cou est alors tendu vers l’avant, mon maître vient de tirer sur la laisse pour me faire avancer. Je n’ai pas le choix, je suis obligée de le ...