1. La Plantation


    Datte: 06/11/2022, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: byRainett

    Rien ne dure éternellement, tout évolue, s'adapte, se transforme en permanence. C'est pareil pour cette île. Un point minuscule, perdu dans l'océan, au large des côtes Africaines.
    
    J'avais hérité de l'île. Ça avait l'air génial, mais ça ne l'était pas. Un caillou de dix kilomètres carré, battu par les vents, couvert de broussailles. Sauf la vallée où nos ancêtres faisaient pousser la canne à sucre. Mais la plantation était trop petite, l'île était trop en dehors des routes maritimes, impossible de faire du bénéfice avec ça.
    
    Les calanques de cette putain d'île étaient d'une beauté sauvage. On aurait pu développer le tourisme, construire un hôtel, un complexe touristique ... On aurait pu, si les eaux n'étaient pas infestées de requins. On n'a pas le droit d'utiliser les touristes pour nourrir les requins.
    
    Pourtant, c'était maintenant notre île, à Jennifer et à moi, et nous avions des rêves de réussite. Il y avait une bâtisse de style colonial, délabrée, fatiguée, mais encore solide. De l'autre côté de la grande cour, il y avait les anciennes cabanes des esclaves, devenues le logement des ouvriers agricoles.
    
    Il y avait aussi un majordome, nommé Jésus, un bâtard de métis, descendant d'un fonctionnaire blanc du gouvernement, qui avait fauté avec une servante noire. Peut-être que Jésus n'avait même pas cinquante ans, mais il était blanchi et ridé comme un vieillard. L'alcool de bois et la fumette l'avait rendu inapte à tout effort autre que la sieste.
    
    Et puis ...
    ... l'équipe de cinq ouvriers agricoles. Des pauvres types, descendants d'esclaves. Incultes, idiots, alcooliques, et drogués. Ils avaient un chef, appelé contremaître, un grand noir qui les brutalisait sans raison.
    
    Jennifer et moi sommes arrivés avec des rêves et un capital raisonnable. Nous avons dépensé beaucoup pour rénover la maison, acheter de nouvelles machines, équiper le comptoir commercial, pour obtenir une meilleure récolte.
    
    J'ai été naïf, je l'admets, et j'ai dépensé la majeure partie de nos économies. Lorsque ce putain d'ouragan a frappé l'île, il a anéanti la récolte, notre travail d'une année, et nos rêves de profit.
    
    J'ai dû discipliner les garçons noirs. Les dresser. Les former. Ils devaient se lever lorsque nous leur adressions la parole. Ils devaient travailler toute la journée, tous les jours, en étant sous-payés.
    
    Jennifer devait être appelée Miss Jennifer et moi, j'étais Maître Robert. Les ouvriers agricoles, ils étaient redevenus des esclaves. Sauf que maintenant, on ne les appelle plus comme ça.
    
    J'ai demandé à Jésus de tenir le magasin. Les ouvriers agricoles, ils étaient payés en jetons. Ils ne pouvaient pas dépenser leurs jetons ailleurs que chez nous. Jésus maintenait les prix élevés, je maintenais les salaires bas.
    
    Jennifer m'a observé les discipliner. Je pouvais réduire ces mecs à un statut d'esclave. Je pouvais leur faire accepter cela. Jennifer a apprécié ma méthode. Déprécier ces pauvres types. Les exploiter. Les asservir.
    
    «J'aime ça» ...
«1234...7»