1. Aurélie est un amour


    Datte: 05/11/2022, Catégories: fh, hplusag, Collègues / Travail cérébral, Voyeur / Exhib / Nudisme nopéné, Auteur: Tendre complicité

    Je me présente : j’ai quarante-sept ans, je suis veuf depuis trois ans et je suis chef de service dans une grande entreprise financière.
    
    J’adorais ma femme et j’ai longtemps considéré qu’une autre expérience sexuelle équivalait à la tromper. Stupide puisqu’elle n’aurait voulu que mon bonheur. On ne se refait pas.
    
    Ma vie sexuelle se résumait à me branler le soir chez moi. Un magazine érotique me servait de support à mes fantasmes. Parfois une femme croisée dans la rue ou professionnellement peuplait mes rêves.
    
    Et puis, ma vie sexuelle a pris un tournant fort sympathique.
    
    Depuis peu, une jeune recrue a rejoint les équipes de traders. Aurélie a vingt et un ans. C’est une jeune surdouée qui a eu son bac à seize ans et qui vient juste de sortir de HEC. Physiquement, elle n’a rien d’un tâcheron : assez grande, de longs cheveux bruns tombant sous les épaules, un corps fin et une poitrine voluptueuse. Son visage est assez rond, mais angélique avec un petit nez fin, une bouche assez pulpeuse et de grands yeux bleus. Pourtant, professionnellement, elle n’a rien d’angélique : c’est une tueuse. Notez que dans ce milieu de traders, c’est plutôt une qualité. Si bien que tout le monde finit par la détester cordialement. De toute façon, tout le monde déteste tout le monde.
    
    Heureusement pour moi, je n’ai pas de problème avec ces gens-là. Mon travail d’analyste est plutôt respecté. Mon côté lunaire amuse tout le monde. Et particulièrement Aurélie. Les gens connaissaient ma ...
    ... triste situation et compatissaient, je pense. En fait, je suis un peu dans une bulle.
    
    Pour ne rien cacher, elle me faisait diablement fantasmer. Ses tenues ultra BCBG, ses chemisiers fluides, ses robes sensuelles excitaient mon imagination. Et le soir, dans mon lit, elle commençait à inonder de plus en plus mes rêves érotiques. Seulement voilà, mes fantasmes étaient proportionnels au côté inaccessible de cette jeune personne.
    
    Elle était là depuis six mois. Elle venait de plus en plus souvent discuter dans mon bureau pour se détendre. Nous parlions cinéma, théâtre et bien sûr d’analyse financière. Elle était très naturelle malgré son allure de femme d’affaires. Dans le fond c’était encore une jeune fille et je pense qu’elle se donnait plus un genre qu’autre chose.
    
    Comme tous les ans, la Direction organisait un grand séminaire dans un château à la campagne. C’était plus un grand défoulement qu’une réunion de travail.
    
    La veille du départ, Aurélie vint dans mon bureau.
    
    — Alors Alain ? Prêt pour la fête ?
    — Oh, vous savez, je suis toujours un peu décalé dans ces soirées-là. Et puis, c’est toujours toute une histoire pour faire garder ma fille.
    — Oh, le rabat-joie ! dit-elle en riant. Et vous y allez comment ?
    — En voiture.
    — Je peux y aller avec vous, je n’ai pas mon permis !
    — C’est le seul diplôme qui vous manque, non ?
    — Eh oui, personne n’est parfaite.
    
    Étant donné nos logements respectifs, le plus simple était qu’elle vienne me chercher à la maison et que ...
«1234...7»