1. Solange, jeune fille à éduquer (1)


    Datte: 22/09/2022, Catégories: Hétéro Auteur: Docmature

    ... ouvre-moi bien ton petit cul avec les mains. J’espère pour toi que ce n’est pas la première fois.
    
    — Non, mais je ne l’ai pas fait si souvent que ça et puis je mets toujours du lubrifiant avant…
    
    — Une capote c’est tout, pour le lubrifiant pas besoin d’aller en chercher très loin, ta mouille fera l’affaire.
    
    Je sens alors deux doigts s’introduire entre mes lèvres intimes puis à l’intérieur même de mon antre vaginal. Après quelques mouvements de va-et-vient, qui me déclenchent quelques frissonnements et gémissements de plaisir, ils sortent de mon cratère pour se poser sur mon petit œillet. Un doigt s’amuse à tourner délicatement dessus avant d’appuyer un peu plus fortement en son centre puis enfin légèrement me pénétrer.
    
    — Tu es bien serrée dis-moi, ton petit trou n’a pas dû être très souvent visité… pour cette fois du lubrifiant ne sera pas de trop. Mais il va falloir me l’élargir un peu dans l’avenir…
    
    Peu après, je devine le gland de M Franck se poser contre ma rosette qui s’ouvre sous la pression. Sa queue me pénètre, lentement, écartant mes parois anales malgré la sensation douloureuse ressentie. Je souffle afin de me décontracter au mieux et enfin, je devine que tout le mat de chair est entré en moi. Après un instant d’immobilisation, mon partenaire débute ses mouvements du bassin, sans aller ...
    ... trop vite et avec trop de vigueur. Heureusement car une légère douleur est toujours présente avant de diminuer puis, finalement, de disparaître ; mon antre anal vient d’accepter cette intrusion et s’ouvre alors sans retenue. M Franck, les mains sur mes hanches afin de me maintenir fermement, a dû le ressentir et ses entrées et sorties deviennent plus franches. C’est maintenant un véritable pilonnage auquel je suis soumise et malgré la légère douleur à chaque fois qu’il entre en contact avec mes fesses toujours sensibles, mon plaisir devient vite énorme. Le salaud, s’il continue comme cela, il va me faire jouir du cul.
    
    De nouveau je n’arrête pas de crier ma jouissance alors que mes mains agrippent fortement le canapé.
    
    Et alors que ses halètements deviennent plus rapides, mon voisin se retire brusquement avant que je perçoive un jet chaud et visqueux m’arriver sur le haut des fesses et le bas du dos, en même temps qu’un grand cri rauque retentit. M Franck vient de vider ses couilles mais, moi aussi, je veux encore jouir et je glisse rapidement une main au niveau de mon intimité à la recherche de mon clitoris. Et grâce à mes doigts, habitués à mes masturbations en solitaire, il ne me faut que quelques instants pour avoir un orgasme.
    
    Epuisés, nous nous effondrons tous les deux sur le canapé.
    
    (A suivre) 
«12...4567»