1. Solange, jeune fille à éduquer (1)


    Datte: 22/09/2022, Catégories: Hétéro Auteur: Docmature

    ... pendant lesquelles nous n’échangeons que très peu de paroles, je me retourne, un grand sourire aux lèvres. M Franck a juste le temps d’ôter sa main de son entrejambe mais impossible de dissimuler la bosse qui se dessine sous son pantalon, manifestement il a très apprécié le spectacle offert.
    
    — Très jolies ces photographies de la région. Et vous, M Franck, le spectacle vous a-t-il plu ?
    
    — De quel spectacle parlez-vous, mademoiselle ?
    
    — Vous pouvez m’appeler Solange, maintenant que nous avons fait connaissance. Quant au spectacle, je parlais de celui de mes fesses…
    
    — Oui, Solange, vos fesses sont magnifiques et… d’une belle blancheur. Mais ne me prenez pas pour un idiot, vous l’avez fait exprès de bien me les montrer, non ?
    
    M Franck se lève alors et se dirige vers moi. Je sens mes joues rosir alors que mon cœur s’accélère, je crains d’être prise à mon propre jeu. Je pensais tomber sur un cinquantenaire un peu coincé et cela risque d’être tout l’inverse.
    
    — Et bien Solange, maintenant que tu m’as bien excité, il va falloir assurer. Et puisque tes seins ont l’air bien à l’étroit sous ton tee-shirt, enlève-le…
    
    Quel changement ! Voilà qu’il me tutoie et sur un ton qui ne laisse pas de place à la discussion. Mais je ne vais pas m’incliner si facilement, il ne sait pas à qui il a affaire. J’enlève mon tee-shirt avec un geste très sûr tout en m’adressant à mon interlocuteur.
    
    — Ils vous plaisent mes seins, monsieur Franck ? Cela doit faire longtemps que vous ...
    ... n’avez pas du voir une poitrine d’une petite jeune, je me trompe ? Regardez comme ils sont mignons, pas trop gros, bien fermes et qui ne tombent pas…
    
    — Oui Solange, tu as une très jolie poitrine. Alors viens ici et assieds-toi sur mes genoux.
    
    J’obéis et je m’installe comme demandé. Aussitôt, M Franck m’emprisonne chaque sein dans ses mains. Il les caresse avant que ses pouces tournent sur mes aréoles, frôlant mes mamelons. Je me laisse rapidement aller alors qu’une bien agréable chaleur gagne mon entrejambe. Puis il s’en prend à mes tétons, les enserre et les roule entre deux doigts. Mes bouts grossissent et deviennent durs sous les caresses et je ne peux m’empêcher de pousser quelques gémissements.
    
    — Tu as l’air d’apprécier qu’on s’occupe de tes tétons, je crois que je n’ai pas fini de bien m’amuser avec toi. Et ça aussi, tu aimes ?
    
    M Franck me serre soudainement chaque mamelon entre ses doigts et je ne peux m’empêcher, sous l’effet de la surprise, de pousser un petit cri, où se mêlent douleur et plaisir. Cela n’arrête pas mon voisin, bien au contraire, il continue de me pincer les bouts. J’ai du mal à dissimuler les sensations qui me gagnent, je ferme les yeux, mes dents mordent ma lèvre inférieure alors que je sens ma cyprine couler. Et même si j’essaye de me retenir, je ne peux m’empêcher de gémir de plus en plus fort. Je m’en veux, je voulais diriger les ébats et voilà que je subis les caresses d’un cinquantenaire et que j’en éprouve de la jouissance.
    
    C’est ...
«1234...7»