1. Un dernier coup pour la route


    Datte: 22/09/2022, Catégories: fh, fhh, fagée, extracon, candaul, inconnu, parking, Voyeur / Exhib / Nudisme noculotte, Oral pénétratio, fsodo, extraconj, Auteur: MauriceBernard

    ... beaucoup de place dans la cabine de mon camion, mais si madame veut m’y accompagner, ce serait mieux que rien, non ?
    
    — Qu’en penses-tu, ma chérie ?
    — Moi je veux bien, évidemment, mais toi, comment vas-tu faire ? me demande-t-elle non sans hypocrisie, sachant que nous savons nous accommoder de ce genre de situation…
    — Vas-y et je t’attendrai…avec impatience ; amuse-toi bien !
    
    Du bout de sa langue, elle scelle son accord sur la bouche de son amant du jour et celui-ci l’entraîne, un bras passé autour de ses épaules. Ils se dirigent alors vers le parking des camions et ma douce m’adresse un petit signe de connivence en souriant, sûre de passer un excellent moment. Pour ma part, je choisis de rejoindre l’espace où sont installées quelques tables vides, et je m’assieds près de celle qui jouxte la zone boisée, un peu à l’ombre. De là, j’aperçois encore le couple de mes baiseurs qui s’est approché d’un camion stationné pas très loin et j’admire l’allure de ma douce, quand, la jupe relevée pour lui permettre le geste, elle grimpe dans la cabine que le routier vient de lui ouvrir. Puis le claquement de la porte met fin à la scène et l’attente commence…
    
    Pendant de longues minutes, je reste assis à la table en imaginant ce qui se passe à quelques mètres de moi et ma queue reste tendue dans mon pantalon, impatiente de pouvoir profiter de la suite, car il y en aura forcément une ! Effectivement, une petite demi-heure plus tard, la porte du camion s’ouvre à nouveau et ma ...
    ... douce en descend précautionneusement, un beau sourire éclairant son visage. D’un pas léger elle me rejoint en ajustant, pour la forme, ses fins vêtements un peu froissés. D’un petit baiser, elle rétablit le contact avec moi et s’assied à mes côtés.
    
    — Humm ! Ça valait le coup ! Il m’a bien baisée et même enculée, tu sais… merci de m’avoir laissée y aller.
    — Alors, raconte !
    — Maintenant ? Tu es certain de ne pas vouloir attendre un peu qu’on soit plus tranquilles ?
    — Non, d’abord j’ai trop envie de toi, ensuite, les gens sont partis et nous sommes seuls dans le coin ; vas-y.
    — Et ma douce complice commence le récit de son aventure. Sachant qu’ils ne disposaient pas de trop de temps et l’envie étant trop forte, elle et son amant n’avaient pas tergiversé et, une fois montée dans la cabine, elle s’était glissée derrière les sièges, sur la petite couchette, alors que l’homme déployait un rideau qui faisait le tour du pare-brise. Le temps qu’elle retire sa blouse et sa jupe, il l’avait rejointe, lui-même débarrassé de son pantalon. La coquine avait alors pu s’assurer que la bite du type était bien à la hauteur de ses espérances et elle avait repris sa fellation, là où la petite famille l’avait interrompue peu avant. Avant de poursuivre son récit, Patricia m’interroge :
    — Veux-tu que je continue comme ça, ou bien que je te fasse profiter…plus directement, de la suite ?
    — Que veux-tu dire, ma chérie ?
    — Eh bien, ça !
    
    Et, d’un mouvement souple, elle s’assoit face à moi, à ...