1. Un dernier coup pour la route


    Datte: 22/09/2022, Catégories: fh, fhh, fagée, extracon, candaul, inconnu, parking, Voyeur / Exhib / Nudisme noculotte, Oral pénétratio, fsodo, extraconj, Auteur: MauriceBernard

    ... amoureuse lubricité.
    
    Ce faisant, elle masse plus fermement la bosse que forme mon sexe en me proposant de sa petite voix faussement pudique, de garer la voiture sur la prochaine aire de l’autoroute. Un coup d’œil dans le rétroviseur m’indique que le camion que nous avons doublé n’est pas très loin de nous et je tente alors l’aventure en réglant notre vitesse sur la sienne. Pendant quelques kilomètres, nous roulons ainsi de conserve alors que j’explique à ma chérie, la situation. Manifestement, le routier a bien profité du spectacle et le fait que nous restions devant lui à quelques centaines de mètres, doit lui avoir mis la puce à l’oreille. Pour nous en assurer, j’allume le clignotant bien avant la prochaine sortie de l’autoroute en direction d’une aire de stationnement et je constate qu’il en fait autant. Message reçu !
    
    Je quitte donc la route et me dirige vers le parking des voitures, alors que le camion bifurque vers celui des routiers. Hormis les classiques aménagements de ce genre d’endroit, l’aire comporte heureusement, un assez grand bosquet, au-delà de la zone des tables de pique-nique, où nous avons déjà fait quelques poses coquines. Patricia n’hésite donc pas à remettre un peu d’ordre dans sa tenue avant de descendre de la voiture et se dirige vers les arbres, lentement, en m’attendant. Je me régale, comme toujours, de son allure de femme distinguée, mais aussi terriblement excitante ; comme si tout était possible avec elle dès lors qu’elle se laisse aller à ...
    ... ses envies profondes…et que l’on a su l’y inciter.
    
    Arrivés sous l’ombre légère du bosquet, nous nous serrons l’un contre l’autre et entamons un échange sulfureux de caresses et de baisers, à tel point que, rapidement, la jupette de ma douce est remontée sous ses fesses et que mes doigts farfouillent sa chatte déjà chaude et mouillée. Comme elle aime, elle tend son ventre contre le mien pour faciliter l’intrusion dans son sexe et suce ma langue en attendant de le faire sur ma queue qu’elle sort adroitement de ma braguette. Déjà, sa douce et fine main glisse sur la peau de mon sexe et elle s’amuse à effleurer le tour de mon gland pour qu’il soit bien gonflé, avant de se pencher dessus et le titiller à petits coups de sa langue agile. Mes mains parcourent son dos juste recouvert de sa fine blouse, puis descendent vers ses fesses dont mes doigts atteignent la raie et la massent. Lorsque mon index s’infiltre dans son petit trou pour simuler la sodomie qu’elle apprécie tant, sa bouche avale alors d’un coup ma bite et elle se met à la pomper avec vigueur, mais aussi langoureusement qu’elle sait faire. Là, sous les arbres, dans l’ombre de ce petit bois, pas très éloigné de la zone des parkings, nous nous laissons aller à l’envie qui nous taraude quand, à peu de distance le long du chemin d’accès, je devine une silhouette.
    
    Je devine rapidement qu’il s’agit du chauffeur du camion que nous avons provoqué et qui nous a certainement vus partir à l’aventure. Alors que Patricia suce ...