1. Un dernier coup pour la route


    Datte: 22/09/2022, Catégories: fh, fhh, fagée, extracon, candaul, inconnu, parking, Voyeur / Exhib / Nudisme noculotte, Oral pénétratio, fsodo, extraconj, Auteur: MauriceBernard

    Pas facile de se retrouver pour des amants mariés, chacun de leur côté, aussi, toutes les occasions sont bonnes à saisir, telles que ce rendez-vous en fin d’après-midi printanier. Mon adorable maîtresse et moi nous nous sommes donc retrouvés pour faire une courte escapade, au hasard de nos envies ; rien que d’être ensemble nous fait vibrer à l’unisson, quels que soient les circonstances et le lieu. Patricia, mince cinquantenaire distinguée et mignonne, a juste enfilé une blouse légère sans manche et une jupe droite en toile, puis glissé ses jolis pieds dans des mules de cuir blond, à petits talons. Dessous ? Un symbolique string et le petit soutien-gorge assorti, dont ses seins menus n’ont pas vraiment besoin, mais elle tient beaucoup à toujours porter de beaux sous-vêtements un peu sexy.
    
    Par cette journée déjà chaude, juste légèrement habillée, elle peut monter ainsi dans ma voiture après m’avoir retrouvé à la fin de sa journée de travail. Un rapide, mais sensuel baiser suffit à nous réunir comme si nous nous ne quittions jamais et c’est parti pour l’aventure !
    
    Nous empruntons l’autoroute pour sortir de la ville plus rapidement et nous laissons jouer le hasard, sans but précis. Le seul fait d’être ensemble nous suffit parfois pour profiter de ces trop rares instants de complicité totale. Tout en conduisant prudemment, j’admire ses cuisses découvertes par la courte jupe qui a remonté lorsqu’elle s’est assise : les muscles bien moulés et sa peau un peu luisante et ...
    ... déjà bronzée, elles attirent ma main droite qui va les caresser lentement, du bout des doigts. Je les laisse passer entre les deux jambes qui s’écartent en accompagnant le mouvement et Patricia, dans un petit grognement de plaisir, glisse vers le bord de son siège.
    
    Alors que sa jupe ne cache plus rien de son ventre et, décidément pressée d’aller plus loin dans l’excitation, ma complice dégage elle-même sa chatte en tirant son string sur le côté. La tête posée en arrière sur le haut de son siège, Patricia ouvre complètement ses cuisses et, avant même que ma main n’ait atteint son sexe gonflé d’impatience, elle dessine de lents parcours de ses doigts fins, autour de son clito. Rapidement, son souffle devient plus marqué et de petits coups de son ventre vers sa main en action, montrent qu’elle retenait ses envies depuis quelque temps déjà.
    
    Alors que notre véhicule dépasse très lentement un camion, ma coquine part dans une brève, mais violente jouissance, offrant au routier qui l’admire au passage, une vision des plus érotiques.
    
    Temporairement satisfaite, elle me sourit doucement en refermant ses cuisses et me dépose un tendre baiser sur l’oreille avec un « hummm ». J’avais trop envie depuis que je savais qu’on allait se retrouver ! Puis elle laisse sa tête posée sur mon épaule et agace ma queue tendue dans mon pantalon, du bout de ses ongles faits.
    
    — Mais toi aussi, tu as envie, dis-moi… que pourrais-je donc faire pour te soulager, humm ? me taquine-t-elle avec son ...
«1234»