1. Happy birthday, dear Bérénice !


    Datte: 19/09/2022, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: Iovan

    Happy birthday,dear Bérénice
    
    Je m'éveillai assez tôt ce matin-là, et prenais mon temps en prenant ce que j'appelais mon petit-déjeuner, deux expressos, genre dynamite... je ne pouvais rien avaler avant 10 heures. Je flemmardais en veste d'intérieur, devant la baie vitrée. Rien ni personne ne me pressait et je contemplais le parc qui s'égouttait de ses brumes nocturnes sous le pâle soleil d'octobre. Ma tasse à la main, je dégustai à petites gorgées le breuvage brûlant et parfumé quand la sonnerie du téléphone retentit. Je me dirigeai vers le combiné et décrochai.
    
    β€” Allô ?
    
    β€” Allô ! Bonjour ! Je me présente: je suis Edmond Berthier, un ami d' Özkan, qui m'a parlé de vous.
    
    La voix était claire, ferme, presque autoritaire.
    
    β€” Bonjour. Et...?
    
    β€” J'aimerais pouvoir vous rencontrer pour discuter d'une proposition qui pourrait vous intéresser, du moins, je le souhaite.
    
    Je laissai un silence...Özkan... je devinais de quel genre de proposition il pouvait s'agir... j'étais preneur... en tout cas, curieux.
    
    β€” Allô...?
    
    β€” Oui. C'est entendu. Je vous attendrai ce soir à 18 heures au Café de la Bourse. Vous connaissez...? Tables du fond. Je porterai un foulard à pois.
    
    β€” C'est d'accord. Ce soir, 18heures. Bonne journée.
    
    β€” Merci, pareillement.
    
    Et je raccrochai.
    
    β€” Je suis un ami d'Özkan...
    
    Cela en disait long sur le genre de la personne, ainsi que sur ce qui motivait sa requête. Il ne pouvait s'agir que d'une offre plus ou moins scabreuse, au vu de celui ...
    ... qui me recommandait...
    
    Je vaquai à mes occupations dans la journée, attendant le soir avec une certaine impatience, je dois le reconnaître. Je tournais et retournais tout un tas de scénarios possibles à propos de cette affaire pour en revenir à peu près à la même conclusion ou peu s'en fallait: j'étais une bonne petite salope et il voulait tenter sa chance. En fin d'après-midi, je me préparai, pris le 47, et arrivai à six heures moins le quart devant le café en question. J'entrai, me dirigeai vers les tables du fond et m'installai dans un des fauteuils chromés disposés autour des tables en marbre. Le garçon se dirigea immédiatement vers moi.
    
    β€” Bonjour, jeune homme, le patron voudrait savoir si vous êtes majeur.
    
    Sans rien dire, je sortis ma carte d'identité et la lui montrai.
    
    β€”Merci Monsieur. Qu'est-ce que je vous sers ?
    
    β€” Un grog. Merci ! Je savais par expérience que c'était une de leurs spécialités... ils étaient fameux !
    
    Quelques instants après, le garçon était de retour, sur son plateau, la boisson ambrée et brûlante, dans un grand verre taillé qu'il déposa devant moi.
    
    β€” Voilà, Monsieur.
    
    Glissant le ticket sous le dessous de verre, il s'en fût, me coulant un regard intéressé. Je n'eus pas à attendre longtemps. Quelques gorgées de la capiteuse boisson plus tard, je vis un homme dans la soixantaine, de grande taille, élégant, dans un costume trois-pièces gris, se diriger vers moi. Je sentis mon rythme cardiaque s'accélérer. Nous y étions ! Il s'approcha ...
Β«1234...13Β»