1. Comment Marika l'a vécu


    Datte: 14/08/2022, Catégories: fh, fhh, hplusag, fplusag, jeunes, couleurs, extracon, cadeau, candaul, alliance, gros(ses), grossexe, taille, boitenuit, danser, Voyeur / Exhib / Nudisme pénétratio, Auteur: Vopicek

    Résume de l’épisode précédent : «Ma version »
    
    Jules et Marika, un couple d’agriculteurs, adoptent un orphelin noir issu de la guerre. Il s’adapte très bien à la vie en Occident. C’est la version de notre vie jusqu’aux premières années d’université, vue par Jules.
    
    J’ai épousé un homme qui était plus âgé que moi, mais dont les idées sur la société collaient bien avec les miennes.Tout va bien entre nous, si ce n’est que je ne peux pas avoir d’enfant, suite à un avortement sur une faute de jeunesse, le praticien m’a ligaturé les trompes desalope.
    
    Cela me manque un peu, la satisfaction d’être mère, de choyer un petit enfant⁽*⁾. C’est pour me faire plaisir que Jules, mon mari, m’a proposé d’adopter un enfant, ce que j’ai évidemment accepté sans hésiter. On a eu recours à « Orphelins sans frontière » et ce fut couronné de succès.
    
    Mais on a récolté un adolescent venu d’Afrique qui avait subi les camps d’entraînement de Daech Nigéria, un sacré défi. Mais tout se passe bien. On l’a inscrit à l’école où il nous a fait le plaisir de finir l’année dans le peloton de tête.
    
    Il a grandi vite, une fois l’alimentation adaptée à son âge. Il devint un vrai petit colosse. Du coup, Jules l’a présenté au club local de rugby où il a tout de suite été admis, vu ses performances et son enthousiasme. Rapidement, il est devenu la coqueluche de tout un groupe de jeunes filles.
    
    C’est lors de son premier match que j’ai eu une petite alerte. Alors qu’il venait de marquer son premier essai, ...
    ... je me suis jetée dans ses bras et l’ai serré très fort contre moi. C’est alors que j’ai réalisé que je n’aurais peut-être pas dû être aussi spontanée, je l’avais indubitablement excité sexuellement, j’ai senti contre mon pubis l’expression de son désir, mon Dieu que c’était dur, autre chose que ce que le limaçon de Jules avec ses problèmes de diabète. J’ai eu des papillons dans le ventre.
    
    Son attitude changea aussi, alors que les problèmes de Jules avec le devoir conjugal se compliquaient, Jules s’attachait de plus en plus à moi, me serrant souvent dans ses bras et je pouvais sentir que je ne lui étais pas indifférente, j’aurai dû arrêter ces petits jeux, mais c’était réconfortant de sentir son désir triompher alors que l’homme de ma vie voyait le sien réduit au silence.
    
    Bambou avance bien au lycée, c’est un peu notre fierté. J’ai une affection très forte à son égard, il est tout ce que je désire chez un homme. Pour ses dix-huit ans, j’ai décidé de le rejoindre dans son studio, comme je le fais habituellement toutes les deux semaines, mais cette fois, ce n’était pas pour faire le ménage, j’avais envie de sortir avec lui. C’est un peu ma surprise pour son anniversaire.
    
    Pour ce faire, il s’est fait beau, une costume très classe, coloré, à l’inverse de celui gris-bleu morne d’un directeur de banque et il est fier commeArtaban. Pour commencer, on s’est payé un quatre étoiles. Cela fit évidemment un peu jaser, notamment un couple de vieux schnocks qui dissertaient sur la ...
«1234...»