1. Comment Marika l'a vécu


    Datte: 14/08/2022, Catégories: fh, fhh, hplusag, fplusag, jeunes, couleurs, extracon, cadeau, candaul, alliance, gros(ses), grossexe, taille, boitenuit, danser, Voyeur / Exhib / Nudisme pénétratio, Auteur: Vopicek

    ... absolue sur ce qu’on a fait et qu’on va encore faire.
    
    La nuit n’était pas finie et plusieurs fois nous avonsremis l’ouvrage sur le métier
    
    Bambou a bel et bien poli et repoli, souvent ajouté mais jamais effacé.
    
    C’est ainsi que chaque fois que je viens faire son ménage, on se fait un plaisir, je vois la vie nettement plus en rose mais, contrairement àJosephine Baker, je n’ai besoin que d’une banane, celle de Bambou me suffit pour y arriver.
    
    Un soir après les foins, discutant sur l’oreiller avec mon Jules, il m’avoue que puisqu’il ne peut plus accomplir son devoir conjugal, il ne serait pas jaloux si je prends un amant, mais il ne veut rien savoir, ni qui, ni quand et ni comment, seulement il veut une entière discrétion, il craint le ridicule.
    
    Je me sens un peu moins coupable, mais comment le prendrait-il s’il savait avec qui. Il faut que j’invente un amant convenable et discret pour ne pas froisser mon cher époux.
    
    Après avoir crapahuté comme d’habitude, j’ai annoncé à Bambou qu’on avait parlé avec Jules et qu’il m’autorise de prendre un amant. J’ai nettement eu l’impression qu’il est vraiment soulagé par la générosité de Jules.
    
    Quelques semaines plus tard, je reprends la discussion que nous avions laissée en lui avouant que j’ai suivi ses conseils en prenant un amant mais qu’il ne pourrait pas trouver qui. Pour jouer au jeu des devinettes, il me demande s’il le connaît.
    
    — Oh ! oui, je pense.
    
    Et là, il me dit :
    
    — C’est pas Bambou ?
    
    Je me suis ...
    ... préparée à cette demande et je ne veux pas foutre le bordel dans mon ménage pour une histoire de sexe et je lui affirme que non, que je n’y ai pas pensé et faisant semblant de le taquiner, je lui demande à brûle-pourpoint qu’elle serait sa réaction.
    
    Il m’a affirmé que s’il m’a accordé la liberté de mon corps, il ne va pas me la reprendre. Je lui ai servi le mensonge que j’avais préparé en disant que c’est un curé. Mes excuses au saint homme dont j’ai emprunté virtuellement la virilité et là, cela a secoué la libido de mon Jules et je sens qu’il reprend vie, inespéré pour moi, comme quoi le mental joue sur les pulsions.
    
    Malgré quelques difficultés, il réussit à accomplir son devoir conjugal. De ressentir cela, je suis partie dans un orgasme violent où peut-être que nos séances avec Bambou ont boosté ma libido qui s’endormait.
    
    Vendredi soir, j’ai relaté à Bambou, ma discussion avec Jules.
    
    — Quand je lui ai annoncé que j’ai pris un amant, il a réussi à bander tant soit peu.
    — Le pauvre ! Ça doit être terrible pour lui d’être obligé d’entendre qu’il est cocu pour avoir du plaisir, je compatis et ça me soulage en fait qu’il ne soit pas opposé à ce que nous nous aimons.
    
    La semaine d’après, j’annonce à Jules que j’ai changé d’amant suite à ses conseils, c’est Bambou maintenant.
    
    — Alors, c’est comment ? Mieux qu’avec le curé ?
    — Il n’y a pas de comparaison possible. Le jour et la nuit à couleur inversée. Le curé est toujours habillé en noir et a la peau très blanche ...
«1...3456»