1. Trente minutes (1)


    Datte: 05/08/2022, Catégories: Hétéro Auteur: Zeltron

    ... d’autre que cette superbe jeune femme n’avait d’importance.
    
    Certes, il m’était déjà arrivé de songer à ma collègue, à certaines reprises. Impossible de rester de marbre devant son charme ; car oui, elle était des plus jolies, mais elle avait aussi ce « truc » qui attirait, même de manière non sexuelle. Comme on dit familièrement : elle avait du chien.
    
    Pour autant, ma visite d’aujourd’hui fut faite sans arrière-pensée, car jusqu’ici jamais je n’aurais cru l’intéresser.
    
    À présent, sa main se trouvait sous mon pantalon déboutonné et me faisait brièvement soupirer. Ce contact me marqua beaucoup, car mon dernier rapport datait du quatorze février, fait pour le principe mais sans réelle envie d’un côté comme de l’autre. Ici, quel bonheur de se sentir vraiment désiré, ce toucher intime fait autant pour moi que pour elle ; car oui, ça lui plaisait de me prendre le sexe et on le comprenait à sa façon de le faire, à sa manière d’y être allée.
    
    À mon tour, je lui caressai le derrière d’une main et le sein de l’autre. Alice ouvrit sa cuisse, et de sa fesse mes doigts glissèrent avec sensualité sous son pyjama, pour à la fin du voyage sentir ses lèvres des plus chaudes et s’humidifiant. Afin de mieux agir, nous retirâmes ensemble son pantalon.
    
    J’adorais masturber les femmes, il y avait cette chose indescriptible, cette satisfaction des lèvres entre les doigts qui m’inspirait : c’était tellement doux ! Et l’introduction, prémices de ce qui allait arriver d’ici peu, me ...
    ... mettait en joie et m’excitait au plus haut point. Bien vite, entendre les gémissements d’Alice amplifiait mon état et son baiser – qui n’avait jamais cessé – redoubla de sexualité.
    
    Pour lui faciliter la prise en main, j’enlevai mon pantalon et mon boxer. Peut-être le prit-elle pour un signe, mais voilà que ma partenaire s’agenouilla pour m’embrasser le sexe, le lécher dans tout son ensemble… avant de le faire disparaître dans sa bouche.
    
    La sincérité de mon soupir n’avait d’égal que son volume. Je retrouvais la sensation délicieuse de la caresse buccale faite avec amour et envie. Sans le contrôler, un sourire énorme se dessina sur mon visage et ma main passa, dans la même tendresse que cette langue, dans les cheveux de la jeune femme – laquelle se régalait, à n’en pas douter !
    
    Qu’elle était belle, ainsi… Voilà aussi pourquoi la fellation me plaisait tant. Alice leva ses grands yeux pour me regarder, et ce genre de chose me faisait fondre face à tout l’érotisme que cela représentait : ce n’était pour elle peut-être pas grand-chose, un simple geste, mais pour moi… La queue en main, gland dans la bouche et iris levés, une femme ne se doutait peut-être pas de la quantité de charme que cela lui apportait !
    
    J’avais maintenant le sexe rutilant ; mais alors quand mon gland se retrouva entravé dans la gorge, je sursautai en poussant un beau : « Ouf ! » de surprise. Elle me garda ici une poignée de secondes, puis y retourna, me laissant l’appendice toujours plus baveux. Il était ...
«1234...»