1. Initiation


    Datte: 04/08/2022, Catégories: fff, inconnu, gymnastiqu, Voyeur / Exhib / Nudisme caresses, lesbos, Auteur: Dyonisia

    ... Christiane avec conviction. Sinon, Alexandra nous aurait torturées jusqu’à je sais pas quand ! Elle s’en fiche, elle. Avec ses petits seins, elle n’en souffre pas trop. Toi non plus, je pense, mais pour nous c’est vite pénible.
    
    Soulagée moi aussi de l’arrêt des ballottements de mes seins, je soupire.
    
    — Tu comprends pourquoi on peut envier ta poitrine ? Heureusement qu’on ne répète pas trop ce genre d’exercice, mais il faut souffrir pour être belle, mesdames !
    
    Réflexions diverses dans le groupe, sauf de la part d’Alexandra qui, pour une fois, semble plutôt contente de sa morphologie. D’ailleurs, pour couper court aux jérémiades, elle commande le mouvement suivant : debout, mains à la nuque, jambes en grand écart, rotations du buste en envoyant les coudes le plus loin possible vers la droite puis vers la gauche.
    
    Là aussi les gros lolos ne sont pas à la fête. Déjà précédemment malmenés par la pesanteur, ils subissent une nouvelle fois les effets de la force centrifuge. La lourdeur ressentie dans le bout des seins est heureusement compensée par les agréables picotements de l’afflux de sang. Kristel a du moins la chance de n’éprouver que la turgescence progressive de ses aréoles.
    
    Après une trentaine de rotations, Alexandra nous permet de souffler un instant et de ramener nos jambes à la verticale en conservant la même position des mains. Nous commençons à transpirer abondamment et je sais que cela va continuer. Kristel transpire plus que nous, mais me semble ...
    ... moins embarrassée qu’au début. Elle s’apprivoise peu à peu, rassurée par notre comportement naturel, quelle que soit l’incongruité évidente de nos postures.
    
    Le nouvel exercice nous demande de lever alternativement les genoux. Je connais la suite. D’ordinaire, je ne fais enchaîner que deux ou trois de ces séries de mouvements qui vous navrent les seins. Comme l’a rappelé Christiane tout à l’heure, Alexandra est celle qui en souffre le moins. Elle doit profiter de la situation pour nous taquiner et mesurer notre endurance. Au fond, ce n’est pas si bête : Kristel serait moins complexée d’avoir des seins « un peu riquiqui » si l’une d’entre nous déclarait forfait. Sera-ce le cas ? C’est à voir.
    
    Car nous nous sommes autorisé une dérogation. La nature féminine est ainsi faite qu’il y a des jours où accentuer de trop la lourdeur des seins devient insupportable. On peut alors solliciter l’autorisation de les soutenir avec les mains et donc de ne pas suivre exactement les prescriptions de l’exercice. Évidemment, cela implique une contrepartie : accepter le gage qui sera tiré au sort en fin de séance parmi ceux qu’auront rédigés les copines. Et nous ne manquons pas d’imagination…
    
    Pour l’instant, nous suivons à la lettre les injonctions d’Alexandra qui nous poussent à lever de plus en plus haut et de plus en plus vite les genoux. Bientôt nous sautillons sur place comme des gazelles folles, luttant pour garder l’équilibre sans perdre le rythme. J’évite de penser à la douleur qui ...
«12...6789»