1. Tombés du ciel (7)


    Datte: 03/08/2022, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: Yojik

    ... Rentre... ma fille. Toi aussi Bérénice.
    
    — C’est vrai, papa ?
    
    — Oui.
    
    Ils entrèrent tous les trois dans la maison. Ils étaient trempés, les légères robes d’été et aux tons estivaux collaient aux corps des deux femmes. Par transparence le fermier découvrit qu’elles étaient nues dessous. Il voyait les aréoles de leurs seins, la forme de ceux-ci. Le tissu était plaqué contre leurs pubis, leur moulant parfaitement le Mont-De-Vénus. Le quinquagénaire se mit immédiatement à bander. Les femmes s’en aperçurent. Alicia ne s’en étonna pas, Bérénice fut surprise qu’il lui accorde autant d’attention qu’à la jeune femme. Mais elles grelottèrent vite de froid, Roger aussi. Il se sépara de son t-shirt et enfila un pull qui traînait pas loin.
    
    — Allez vite vous sécher, leur dit-il.
    
    Hala et Salil étaient absorbés par leur dessin animé et n’avaient pas vu qu’une étrangère était là. Les deux femmes partirent vite dans la chambre de Roger. Elles ôtèrent leurs robes et se séchèrent avec une serviette qu’Alicia avait prise dans la salle de bain au passage. Bérénice s’occupa d’abord d’Alicia avant de se sécher elle-même. La jeune femme ressentit tout le plaisir que ses enfants devaient avoir quand elle les essuyait avec une serviette bien chaude. Alicia enfila une culotte et le maillot de rugby de Roger. Bérénice n’avait pris que des nuisettes. Alicia fouilla dans les affaires du fermier et en sortit un autre maillot de rugby. Elle le tendit à Bérénice qui s’en vêtit rapidement ...
    ... ainsi que d’une culotte. Le vêtement était enveloppant et la réchauffait bien. Elles revinrent ensuite dans le séjour. Roger avait allumé la cheminée, cela allait permettre à tout le monde de se réchauffer.
    
    — Hala, Salil, je voudrais vous présenter quelqu’un, les appela Alicia.
    
    Les enfants se détournèrent enfin de la télé.
    
    — Voici, Bérénice, c’est une ancienne amie de Roger.
    
    — Bonjour Madame, dit poliment Hala.
    
    — Bonjour.
    
    — Bonjour les enfants. Je vais rester là quelques jours, si Roger veut bien.
    
    — Ah.
    
    — Vous allez être très gentils avec elle, d’accord ? demanda Alicia.
    
    — Oui, bien sûr, maman, répondit Hala.
    
    — Tu nous liras une histoire ce soir ? Comme papi ?
    
    — Oui, si vous voulez. Il fait ça Roger ?
    
    — Oui, c’est notre papi des vacances, expliqua Hala.
    
    — Oh, ça veut dire que tu vas être notre mamie des vacances ? s’enthousiasma Salil.
    
    — Oh, Sal ! s’offusqua Alicia.
    
    — Euh, si tu veux mon grand. Ça te ferait plaisir ?
    
    Ce "mamie" si soudain avait chauffé le cœur de Bérénice aussi sûrement que le feu dans la cheminée. Roger et Bérénice sautèrent sur l’occasion :
    
    — Si vous nous appelez papi et mamie des vacances, alors votre maman devrait pouvoir nous appeler papa et maman des vacances.
    
    Alicia trouva le prétexte bien trouvé. Elle n’avait pas réfléchi comment amener le fait de pouvoir les appeler ainsi devant ses enfants.
    
    — Euh, je ne sais pas si c’est une bonne idée, dit-elle.
    
    — Si, si, on veut pouvoir dire papi et mamie, ...
«1234...10»