1. La rencontre


    Datte: 22/06/2022, Catégories: Entre-nous, Hétéro Auteur: Alainylon

    ... se cambrait, lançant son sexe à la recherche de ma bouche, sa main dans mes cheveux, m’obligeant à ne pas m’arrêter un instant. Sa respiration était haletante et elle gémissait de plus en plus fort. Je sentais son plaisir monté, seconde après seconde, et cela jusqu’à ce dernier la terrasse. Sa jouissance fut intense. Alors que son corps fut secoué de spasmes. Comme électrifiée par des décharges de courant. Je continuais encore quelques instants mes douces caresses, tout en me délectant de sa sève, en abondance.
    
    Suite à cela j’étais revenu à ses côtés. Elle en profitait pour m’embrasser.
    
    - Tu ne peux pas savoir comment c’était bon ! Tu me déposes chez moi. Ta copine va t’attendre !
    
    De retour devant chez elle, je vis ma maîtresse faire les cent pas sur le trottoir. Anna se mit à rire.
    
    - On dirais que tu vas avoir droit à une scène de sa part.
    
    Je m’arrêtai devant le pavillon. Elle m’embrassa rapidement sur la joue et défila promptement. À son arrivée Nathalie était furieuse.
    
    - Alors on les prend au berceau ? M’envoyait-elle après avoir pris place à mes côtés.
    
    Je tentai de lui expliquer, mais elle était dans un tel état de colère que je dus l’empoigner par les ...
    ... cheveux, et la forçais à diriger sa bouche à la hauteur de mon bas-ventre. Je fis descendre le Zip de ma braguette et mis à l’air libre ma queue.
    
    - Tiens, sens moi ça ! Est-ce que tu sens l’odeur d’un sexe de femme ?
    
    Visiblement convaincue que mon pénis sentait pas la chatte, elle me prit dans sa bouche pour se faire pardonner. Il ne me fallut pas longtemps pour que j’éjacule, tant l‘excitation était au rendez-vous. Sans plus qu’un mot sorte de ma bouche, ni de la sienne je pris le chemin de notre jardin de dévergondage.
    
    Et trois quarts d’heure plus tard je la ramenais chez elle. Et encore une fois pour se faire pardonner elle me donna rendez-vous pour le lendemain.
    
    À mon arrivée, Nathalie faisait la discussion à Anna. Une discussion que je qualifierais de mouvementer. Puis la jeune fille se sauva en rigolant alors que Nathalie fit les quelques pas qui la séparer de moi. Toute rouge. Elle n’attendait pas d’être installé pour m’expliquer la situation.
    
    - Tu sais ce qu’elle m’a dit cette pétasse !
    
    - Non ! Mais je pense que je ne vais pas attendre longtemps pour le savoir.
    
    - Eh bien elle m’a demandé si je pouvais la caresser, que son mec lui manqué. Quel toupet ! 
«12345»