1. La rencontre


    Datte: 22/06/2022, Catégories: Entre-nous, Hétéro Auteur: Alainylon

    J’ouvrais les yeux après avoir passé une excellente nuit, pour constater qu‘il faisait malheureusement pour moi, jour. D’un regard brouillé, je parcourais par pur réflexe, ma chambre éclairée par les rayons de soleil, qui filtraient des persiennes pour m‘apercevoir que j‘étais seul. Ma femme très discrète, avait disparu de la pièce pour aller à son travail.
    
    Alors que peu à peu j’immergeais de mon sommeil, je sentis comme une gêne, se situant au centre de mon corps. Pas des plus désagréables devrais-je préciser. Et que seuls les hommes peuvent me comprendre. Pas du tout mécontent de ce forfait, j’avais comme un besoin de la voir. Pour ça, je soulevais le drap et fis connaissance avec ma belle proéminence. Une belle et grosse colonne de chair, pourvue de veines épaisses.
    
    Tout de suite, je me pris d’imaginer toutes les saloperies que je pourrais faire avec une si belle érection. À en regretter l’absence de ma femme. Et à défaut d’autre chose, je tendais ma main pour me saisir de mon pénis hyper tendu. Qui me chauffait tout de suite la paume.
    
    Je me mis à me branler, dans un rythme cadencé, ni trop lent pour ne pas débander, ni trop rapide pour bien maîtriser la montée de mon plaisir. Observant alternativement mon gland se couvrir et se découvrir. Une odeur âcre et forte se dégageait de mon sexe poisseux.
    
    J’accélérais le mouvement jusqu’à sentir venir les prémices d’un futur orgasme. Encore quelques aller et retour, et je me permis de lâcher ma semence sur mon ventre. ...
    ... Une fois la jouissance consommé, je me sentais comme idiot. À me demander pourquoi je n’avais pas gardé cette orgasme pour ma maîtresse attitrée. Surtout que Nathalie était folle de mon sperme.
    
    Et comme prévu je me rendais au rendez-vous. Qui se situé dans un lotissement un peu à l’écart de son domicile. Un moyen comme un autre pour ne pas se faire remarquer. Et comme elle n’avait pas de moyen de locomotion, elle faisait tout le trajet à pince. Comme souvent, j’arrivais sur le lieu en avance. Profitant de ces instants pour me lancer dans la lecture. Aujourd’hui je m’étais apporté un journal de sport.
    
    Après seulement quelques instants, mes sens se mirent en éveil. Avec une forte impression d’être épié. Je levais discrètement mes yeux sur journal et jeter un coup d’œil autour de moi. Pour me persuader que mon appréhension n’était pas fondée. Excepter peut-être du côté de la maison tout proche de l’endroit où j’étais stationné. D’où je constatais qu’à une fenêtre de l’étage se tenait un visage couronné de blond. Comme elle ne se cachait pas, je pus à loisir bien la détailler et constatai qu’il s’agissait d’une jeune personne. D’ailleurs on se sentant découverte elle prit la peine de m’adresser un sourire auquel je répondis d’un signe de main. Pas le temps de m’attarder sur le sujet que je vis émerger du coin de la rue ma maîtresse, toute réjouie de me voir.
    
    Le mercredi suivant, j’arrivai comme à mon habitude plus tôt. Aussitôt stationné, je remarquai de nouveau la jeune ...
«1234»