1. La rencontre


    Datte: 22/06/2022, Catégories: Entre-nous, Hétéro Auteur: Alainylon

    ... l’ongle de son pouce aller et venir sur le léger renflement que produisait son sexe sur son slip. Une caresse enfantine et d’une totale impudeur. Et il m’était très dur d’empêcher mon regard de captiver le spectacle qui m’était offert.
    
    Comme aimanté par ce forfait. Et cela jusqu’à nous arrivions sur le parking du supermarché.
    
    Elle attendait sagement que je sois stationné, pour que, dans le plus grand naturel, la coquine rabatte sa jupette sur ses jambes. Finis le spectacle ! Je coupais le contact tandis qu’elle décliquait sans perdre de temps sa ceinture de sécurité. Mais alors que je m’attendais qu’elle quitte son siège pour aller faire ses achats comme s‘était prévus, voilà que la coquine restât immobile à sa place, le regard droit devant elle.
    
    - Qu’est-ce que tu attends pour aller chercher tes courses ? Me permis-je de lui envoyer.
    
    - Je n’ai pas besoin de courses ! Et d’ailleurs je n’ai pas de fric sur moi.
    
    - Je peux soir pourquoi m’avoir fait venir jusqu’ici ? Alors ?
    
    Ma patience ayant des limites, je mis le contact, avec la ferme intention de la ramener là même où je l‘avais pris. Mais c’était sans compter sur sa volonté, elle qui n’avait pas l’intention de quitter cet endroit. D’ailleurs elle me le fit savoir en s’empressant de couper le moteur.
    
    - Je peux savoir à quoi tu joues là ? Lui envoyais-je.
    
    - T’inquiète ta copine va t’attendre. Elle a trop besoin de s’envoyer en l’air pour louper le rendez-vous avec ta queue.
    
    - Mais dis-moi, ...
    ... comment tu sais ça toi ?
    
    Sourire aux lèvres, elle écarta les mains largement ouvertes. Puis dans un geste fataliste assez comique, elle remonta de nouveau sa jupette. Et très après se soulagea de sa petite culotte, qu‘elle fit glisser le long de ses jambes. Et cela le plus naturellement possible. J’étais complètement sidéré par son attitude.
    
    - Non, ce n’est pas ce que tu penses. Me lâchait-elle.
    
    - Par ce que tu sais à ce que je pense, toi ?
    
    - Bien sûr, enfin je me l’imagine. Tu dois me prendre pour une allumeuse, voir une salope. Mais il faut que tu saches, que… voilà…. mon copain me manque beaucoup, tu peux le comprend au moins cela. Et je pense que tu peux facilement le remplacer. Je te demande juste de me caresser, c’est tout. J’en ai très envie. Ça t’ennuie de faire cela pour moi ?
    
    Elle se pencha vers moi et, très vite, elle m’embrassa le bout du nez.
    
    - Juste pour moi. Ajouta-t-elle.
    
    Suite à ces trois mots, elle me tira vers elle pour coller sa bouche à la mienne. Ses lèvres étaient fraîches, humides et sentaient la menthe. Comme si elle s’était lavé les dents.
    
    - Tu ne peux pas savoir à quel point tu me plait, toi. Je dirais même que je quitterai sans problème mon mec pour toi.
    
    - Eh bien sache que c’est réciproque ! Mais seulement si j’étais plus jeune.
    
    - Tu m’en vois ravie. Répondait-elle, en me saisissant une main.
    
    Qu’elle dirigea directement entre ses cuisses, largement ouvertes et cela jusqu’à ce qu’elle atteigne son sexe. Que je notais ...