1. Fauna, je suis à toi (4)


    Datte: 21/06/2022, Catégories: Lesbienne Auteur: airdepanache

    J’en avais désormais la certitude, la preuve, même: une rencontre peut bouleverser une vie. Et visiblement, des retrouvailles encore davantage.
    
    Il y a quelques semaines, j’avais croisé par hasard la route de Fauna, celle qui avait été mon inséparable amie d’enfance. Et plutôt que de reprendre notre amitié là où nous l’avions laissée, nous avions très vite forgé une relation d’une autre nature, basée sur une très forte attirance mutuelle. Elle me fascinait, elle s’en était rendue compte, et elle en jouait pour m’inciter à me métamorphoser.
    
    J’avais franchi, les uns après les autres, des seuils dont je n’aurais jamais envisagé de m’approcher. Jusqu’alors banalement hétéro, je m’étais mise à fantasmer sur une autre fille, à embrasser une autre fille, à me laisser caresser par une autre fille, et je ne rêvais désormais que d’aller encore beaucoup plus loin.
    
    Très classique dans ma vie amoureuse et sensuelle, j’avais découvert, au contact de mon amie, que la soumission était quelque chose qui m’excitait énormément, j’avais accepté de me montrer obéissante, m’était prêtée avec enthousiasme à la fessée, et j’avais désormais un safeword pour me protéger d’éventuels dérapages: "Sigma." Attachée à une apparence classique, discrète et passe-partout, j’avais accepté que Fauna me relooke et refasse ma garde-robe dans un style outrageusement sexy et féminin, et j’adorais ça. Enfin, alors que la fidélité avait toujours constitué une des pierres angulaires de mes valeurs, ...
    ... j’entretenais désormais une relation avec Fauna, qui, même si elle ne portait pas encore de nom officiel, dépassait clairement les limites de ce qui était prévu dans le cadre de mon couple avec mon mec Théo.
    
    Non, en fait, c’était même encore pire que ça. Oserais-je le dire ? Tromper Théo, cela renforçait encore l’excitation de cette période de métamorphose. Oui, j’en avais honte, mais ces cachotteries m’émoustillaient, le fait d’avoir une vie secrète était un euphorisant, et avoir dans ma vie une personne qui me faisait découvrir des pans entiers de ma personnalité, jusqu’alors inconnus, alors que l’homme qui partageait ma vie ne se doutait de rien, était exaltant..
    
    C’était mal de mentir ainsi, et je n’avais pas l’intention de le faire indéfiniment. Je le savais bien, que j’allais devoir choisir un jour, et jouer carte sur table. Mais oui, en attendant ce moment de vérité, et même s’il était inconfortable de l’admettre, le fait de me comporter, pour la première fois de ma vie, comme une mauvaise fille, avait le goût de la liberté.
    
    C’est donc ainsi que, le ventre tordu par un mélange de culpabilité et d’anticipation, je combinai un stratagème pour éloigner Théo de l’appartement pendant toute la journée. Oh, en règle générale, son cabinet de dentiste l’accaparait déjà beaucoup, mais là, il était crucial qu’il ne franchisse pas la porte avant, au moins, le début de la soirée. Il suffit d’un coup de fil tout à fait innocent à sa mère, et de quelques phrases bien placées, pour que ...
«1234...17»