1. La Saga des esclaves au Château du Marquis d’Evans (épisode N°1526)


    Datte: 19/06/2022, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: MAITREDOMINO

    ... cette soumise avait été juste utilisée, elle avait juste servi de vide-couilles, elle était juste devenu un trou, un simple trou à remplir, baiser, et s’y vider à l’intérieur… Et elle semblait en être épanouie de cette réalité, quand j’observais son visage serein et qui exprimait à l’évidence, un véritable bien-être…
    
    A peine rendormi, immédiatement réveillé, j’étais sorti de ma paillasse avec perte et fracas. Walter tenait fermement mon collier et m’entrainait hors de la cellule en m’obligeant à marcher courbé, plié en deux, alors que j’avais le dos en compote. A plusieurs reprises, je trébuchais, mais avec sa poigne, le Majordome me retenait, tout en me conduisant d’un bon pas à l’étage supérieur par un dédale de couloirs et portes. Enfin arrivés, j’étais installé et me retrouvais vite fait, bien fait, en levrette, ventre en appui sur le sol relevé d’une petite marche, bras et mains entravées, jambes attachées et maintenues largement écartées, anus exposé, sexe enfin libéré avec ma cage que le Majordome m’ôtait !
    
    - Monsieur le Marquis, la salope est prête, pensez-vous qu’il faille réellement lui purger les couilles ? Celles-ci ne me semblent pas vraiment pleines, faisait remarquer Walter en tâtant et malaxant douloureusement mon scrotum.
    
    Le Noble était là, simplement vêtu d’un peignoir en soie, pieds nus, sans un mot, Il me caressait le postérieur, Ses doigts inquisiteurs frôlant mon entrée anale. J’en frissonnais déjà.
    
    - Je veux que nous prenions notre temps ...
    ... Walter, je veux que ce chien soumis apprenne plusieurs choses : D’abord se contenir, ensuite qu’il sache ce que jouir du cul veut dire, enfin qu’il se libère de tout préjugé en se donnant comme une lope doit le faire. Si tout ça est concluant, si toutes Mes exigences sont parfaitement respectées alors nous lui purgerons les couilles et le viderons pour soulager sa prostate. Les chiens soumis, comme les chiennes soumises d’ailleurs, savent que tout orgasme se mérite ici. Lui aussi doit comprendre ça, puisque désormais, il est entré, par sa seule volonté, à Mon service, sous Mon Joug !
    
    Je sursautais déjà, quelque chose de froid, un liquide visqueux tombait sur mes fesses. Walter étalait ce gel lubrifiant sur mes lobes. Il recommençait à plusieurs reprises, un massage un peu rude, avec un doigt épais, qui venait régulièrement caresser mon anneau sans jamais le pénétrer. Avec méthode et du gel en abondance, son pouce, appuyait sur ma corolle flétrie, sa main glissait dans ma raie anale pour descendre sur mes testicules et mon sexe bandé qu’il caressait et branlait doucement. Déjà je soupirais d’extase, de plaisir, oui un plaisir intense qui était maintenant au rendez-vous, avec une envie de jouir pressante. De sa main gauche, il maintenait ma verge en arrière juste par mon gland décalotté et continuait à me caresser les fesses de son autre main, celle-ci glissait sur mon périnée et mes testicules, son pouce passant régulièrement sur mon trou. Je me sentais, non pas chien, mais ...
«1...3456»