1. Ricochets (1)


    Datte: 16/06/2022, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: Faunus

    ... elle s’était rendu compte qu’il serait inutile de les traîner devant le conseil des prud’hommes. L’ensemble était bien ficelé et elle n’avait aucun recours. Pendant quelques minutes, la colère aidant, elle avait eu envie d’aller casser la gueule du connard responsable. Elle y avait renoncé pour s’éviter d’être poursuivie pour coups et blessures. Depuis, Fabienne passait la plus grande partie de son temps le nez dans les petites annonces.
    
    Le mois de septembre se terminait, le temps était toujours beau et chaud. La veille, Fabienne avait décidé que si la montagne ne venait pas à elle, elle irait à la montagne. « Ce n’est pas en restant le cul sur ma chaise que je vais y arriver. À partir d’aujourd’hui, je suis la reine de la candidature spontanée. » Après s’être préparée, elle s’était rendue dans les bureaux d’un grand groupe susceptible de l’accueillir. En pénétrant dans l’immeuble elle se sentait pleine d’énergie et prête à gravir l’Everest. Quelques minutes plus tard après avoir longuement discuté avec la jeune femme chargée de l’accueil elle en ressortit dépitée. Oui, bien sûr, elle avait laissé son curriculum vitae tout en sachant qu’il ne franchirait pas les étapes suivantes. Elle se trouvait à quelques mètres de l’entrée quand elle s’entendit héler.
    
    — Mademoiselle ! Madame ! Attendez !
    
    Le bruit d’un pas rapide sur le ciment la fit se retourner. Elle vit la jeune femme à qui elle parlait quelques minutes plus tôt. Elle agitait quelques feuilles, elle se dit ...
    ... que vraisemblablement c’était ce qu’elle venait de laisser. Comme la jeune femme souriait, Fabienne pensa que cela vaudrait peut-être la peine d’attendre quelques secondes.
    
    — Ouf ! Vous marchez vite. Tenez, reprenez ça, cela vous sera utile. Je vous trouve sympathique. Nous avons bien parlé et je me suis dit que peut-être cela vous conviendra.
    
    — Euh ! Merci...
    
    — Je n’ai que peu de temps, je risque des ennuis s’ils se rendent compte que je suis sortie en laissant l’accueil vide. Tenez, cette jeune entreprise recherche des gens qualifiés.
    
    Fabienne prit la carte de visite qui lui était tendue, déjà la jeune femme après un petit signe de la main partait en courant vers l’immeuble. Elle lui sourit en lui rendant le geste amical. « Mince ! Elle est gentille ! » Elle se sentait rassérénée, cela lui faisait plaisir qu’un petit geste amical puisse venir d’une inconnue. En tournant la carte, elle sourit en voyant au dos du bristol une mention manuscrite lui souhaitant bonne chance. Ces quelques mots au-dessus d’un numéro de téléphone l’avaient fait sourire. C’est d’un pas léger qu’elle se dirigea vers la station de métro la plus proche. Le siège de l’entreprise se trouvant dans la banlieue industrielle le trajet serait long. Contrairement à ce qu’elle pensait, le temps du trajet ne lui parut pas énorme. Ce ne fut qu’une demi-heure plus tard qu’elle franchissait la porte de l’entreprise. En entrant, en découvrant le mobilier Fabienne réalisa qu’elle se trouvait dans une ...
«1234...»