1. Réconfort et vieilles dentelles. X. (1)


    Datte: 09/05/2022, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: Docsevere

    Je commençais à me lasser de cette maison. J’y avais vécu très peu de temps avec ma femme avant de la perdre. Depuis, j’y avais vécu de belles histoires, de belles aventures. J’entretenais encore des relations sulfureuses avec des voisines, des anciennes connaissances, comme je l’ai raconté dans les épisodes précédents.
    
    J’avais changé d’entreprise juste avant de perdre ma femme, et si j’avais quitté cette boîte, ça n’était pas pour l’ambiance (qui était excellente), mais pour l’intérêt du travail. J’avais donc gardé le contact avec mes anciens collègues. Ou plutôt mes anciennes collègues avec qui on bossait dur, mais on rigolait bien. Étant quasiment le seul mec avec toutes ces nanas, j’avais un peu ma cour. Pas question de drague ni d’aventure avec aucune, ça n’était que de l’affection réciproque (d’autant qu’étant encore marié alors, j’étais sérieux.)
    
    Néanmoins, il y avait au moins deux secrétaires de mon âge qui m’appréciaient, et semblaient me trouver du charme. Bien entendu, ça n’était que des allusions, des plaisanteries gentillettes et bon enfant.
    
    J’avais dit à l’une d’elles, Marie-Christine, que « je l’épouserais dans une autre vie. » Tout ça toujours dans une ambiance joyeuse. Elle semblait bien et heureuse en couple avec son compagnon, et moi également. Il semblait évident qu’aucun d’entre nous n’avait envie d’aller plus loin.
    
    Avec Caroline, c’était pareil. Sauf que je savais que son mec à elle était plutôt un connard. Malgré tout, elle semblait s’en ...
    ... être accommodée, résignée sans doute, mais sans que ça déteigne sur son éternelle bonne humeur, sa joie de vivre et son énergie.
    
    J’avais su ça par l’indiscrétion de ma secrétaire qui m’avait raconté que ce con draguait autant qu’il pouvait, se croyant irrésistible ; étant un peu plus jeune qu’elle et un peu beau gosse, il avait tendance à la rabaisser, jusqu’à lui donner des complexes et un sentiment d’infériorité.
    
    Encore un mec qui n’assumait pas la vie de couple, qui regrettait peut-être de ne pas avoir profité de son célibat étant plus jeune.
    
    D’accord, il était beau pas moche (ce pourquoi sans doute il lui avait plu quand ils s’étaient connus), mais si je me fiais à mon jugement de mec hétéro (qui sait à peu près d’expérience le physique masculin qui plaît à la majorité de femmes), il ne cassait quand même pas trois pattes à un canard. Quant à elle, si elle n’avait pas un visage parfait (quelques petites imperfections, mais qui n’en a pas ?), son sourire communicatif lui donnait du charme. Elle avait de belles formes, sans être franchement ronde (bref tout pour plaire à un homme), et elle savait s’habiller avec goût : un look de secrétaire standard, pas trop chic, souvent des chemisiers blancs, des jupes droites arrivant juste au-dessus du genou, des bottes, par exemple. En tout cas de ce que je me rappelais de ses tenues vestimentaires quand je travaillais avec elle.
    
    Quand nous étions à la cuisine au moment de la pause déjeuner, nous plaisantions beaucoup, ...
«1234...11»