1. Le piège. (16)


    Datte: 14/01/2022, Catégories: Inceste / Tabou Auteur: hélène75

    Je me fais donc une raison et je continue à vivre encagé en essayant d’avoir le moins possible de pulsions sexuelles. Dans la rue et à la fac, j’évite de trop regarder les filles et les femmes. A la maison, bien que ma mère semble prendre un vilain plaisir à s’exposer régulièrement en tenue sexy, j’essaye de déconnecter mon cerveau de mon sexe. Pas facile ! Parfois, ma queue cherche à retrouver sa liberté perdue et à s’évader de sa prison d’inox. Bien évidemment, à l’instar d’un prisonnier condamné à rester en quartier de haute sécurité, mon gland se cogne vite contre les barreaux.
    
    Quand cela me démange trop, je pense alors à Henri et à nos récentes sorties libertines en sexe shop vers Pigalle ou dans le sauna près des grands magasins. Quand mon cerveau switche ainsi en mode « Femelle », ma queue retrouve alors une certaine léthargie ; c’est certes reposant mais tout de même frustrant.
    
    Ma patience et mon abstinence semblent devoir être bientôt récompensés lorsque ce vendredi soir, alors que ma mère est de garde pour la nuit, je reçois un sms. « Chéri, vivement demain après-midi. Je serai à toi ! Maman ». Je n’en reviens pas, je vais enfin pouvoir en profiter de nouveau. J’espère toutefois que je pourrai être plus acteur que la fois précédente. Rester attaché sur mon lit et me retrouver encagé aussitôt les étreintes terminées, ce n’est pas vraiment ce que je recherche. J’ai un peu de mal à m’endormir avec ma queue qui n’arrive pas à retrouver le repos.
    
    Le lendemain ...
    ... matin, il doit être 8h00 lorsqu’elle fait irruption dans ma chambre. A peine ais-je ouvert les yeux qu’elle me dit
    
    - Bonjour chéri. Je suis vannée ! J’ai eu deux opérations à faire cette nuit et je n’ai pas fermé l’œil pendant 24 heures.
    
    L’angoisse me saisit, voilà qu’elle va me refaire le coup du « Elle est fatiguée et je reste donc encagé pour une nouvelle semaine ». Heureusement, elle poursuit
    
    - Chéri, je prends une douche et je me couche pour reprendre des forces. Viens me réveiller à midi.
    
    Tandis que je traîne un peu au lit en ayant déjà tous les sens tendus vers ce rendez-vous de midi, je l’entends prendre un rapide petit-déjeuner. C’est ensuite l’eau de la douche qui coule avant que le silence règne dans l’appartement.
    
    Je me lève sans faire de bruit, il ne faudrait pas que je gâche son sommeil réparateur et qu’elle se venge ensuite en me privant de son corps pendant tout le week-end. En mangeant mes tartines beurrées de confiture, accompagnées d’un grand bol de café noir, je me dis que je suis vraiment accro à ma mère. N’ayant aucune relation intime avec des filles de mon âge et devenant de plus en plus la petite salope de monsieur Dubout, je me rends compte que mes seules envies masculines tournent autour de ma mère. Elle est au cœur de toutes mes pulsions sexuelles et de mes envies de mâle. J’ai vraiment l’impression d’être dépendant d’elle et d’Henri sur le plan sexuel. J’ai également le sentiment que cela ne va pas s’arranger avec le temps !
    
    Il est ...
«1234»