1. Je suis bloqué (4)


    Datte: 14/01/2022, Catégories: Inceste / Tabou Auteur: OnoX

    ... m’envoyer un long message, dit Karine.
    
    — Et que dit-elle ? demanda son mari, sans lever les yeux de son journal.
    
    — Elle vient de demander le divorce.
    
    Marc avala de travers et aspergea son journal de café.
    
    — Wouah, dis-lui que c’est tant mieux pour elle, annonça-t-il gaiement en s’essuyant la bouche. C’était vraiment le dernier des crétins.
    
    — Tu pourras lui dire toi-même, elle vient ici pour quelques jours.
    
    Marc sursauta et fila à la porte-fenêtre, ses yeux s’agrandirent comme des soucoupes.
    
    — Bon Dieu, elle est vite arrivée ! s’exclama-t-il en voyant la voiture de sa belle-sœur tourner au bout de la rue.
    
    Il prit son manteau et sa sacoche.
    
    — Je pars jusqu’à vendredi, sur mon chantier à un million.
    
    — Pardon ! s’exclama Karine outrée. Comment oses-tu fuir de la sorte ?
    
    — Mais pas du tout, la réunion de démarrage a été avancée à ce soir, dit-il en mettant sa veste. Je t’ai même envoyé un mail.
    
    J’ai eu la tête en l’air toute la semaine à cause des exams de Matthieu, j’ai dû me retenir de ne pas lui sauter dessus... et ça m’a pris toute ma concentration pour ne pas lui attraper la queue et me la fourrer dans la bouche jusqu’à la glotte... en plus depuis ce matin, le fait qu’il ait terminé ses exams m’a remis en mode chasse... du coup son mail a dû passer à la trappe.
    
    Karine se reprit et dit à son mari :
    
    — Tu ne peux pas me faire ça, elle va pleurer et s’épancher sur moi, quand tu es là, au moins elle se retient.
    
    Matthieu secoua la tête ...
    ... en entendant les paroles de sa mère.
    
    Elles s’adorent toutes les deux, si Sylvie n’était pas venue voir maman en première, cela aurait été une crise internationale... surtout qu’elle vit à cinq minutes.
    
    — Oui je sais ! s’exclama Marc en boudant, et d’ailleurs j’ai toujours trouvé ça désagréable qu’elle soit si coincée avec moi après tant d’années, c’est comme si je n’étais pas vraiment de la famille.
    
    Il prit sa sacoche en bandoulière.
    
    — Bisous ma chérie, dit-il à sa femme. Matthieu ! cria-t-il dans l’escalier, où son fils finissait de le descendre les mains sur les oreilles. Ah ! Tu es là, désolé pour le cri, je dois filer, on se voit en fin de semaine bye bye mon fiston.
    
    — Bon courage Papa.
    
    Marc fit un gros bisou à son fils et courut jusqu’à sa voiture puis partit comme une flèche dans l’allée.
    
    — Tu as entendu pour ta tante ? demanda Karine à son fils.
    
    — Oui et pas surpris.
    
    Il regarda la voiture de son père partir comme une fusée, alors que celle de sa tante entrait dans leur allée, et dit :
    
    — Il n’aurait jamais pu l’éviter.
    
    Les deux voitures se croisèrent et son père fut contraint d’ouvrir sa fenêtre. Karine, en pleine réflexion, se tourna vers son fils puis regarda par la fenêtre et secoua la tête.
    
    C’est maintenant ou jamais ma Karine, Sylvie va être là sûrement toute la semaine s’il ne me trousse pas maintenant c’est foutu... Après tu devras t’occuper de ta petite sœur... en plus, ça me gratte tellement j’en ai envie.
    
    — Ça risque de ...
«1234...7»