1. Je ne suis pas lesbienne, mais... (8)


    Datte: 08/01/2022, Catégories: Lesbienne Auteur: airdepanache

    ... plus fort. C’est trop...
    
    Une détonation dévastatrice, voluptueuse, éclate dans leur bas-ventre, se propulse à l’intérieur d’elles, tel un serpent de flammes qui enflamme leurs cœurs et réduit leurs corps en charpies. Comme l’agonie, mais tout l’inverse. Elles ont l’impression qu’à l’intérieur, chacun de leurs organes explose: le clitoris, le vagin, l’utérus. Leurs tripes hurlent. Les longues contractions d’un orgasme dévastateur s’emparent d’elles et ne lâchent pas. Ça ne veut pas s’arrêter. Jusqu’au sang, elles mordent leurs lèvres pour calmer leurs cris. Ça continue. Elles se cabrent, elles se tendent. En tous sens, elles s’agitent. Le plaisir ne redescend pas. Elles frappent le sol et les murs comme des poupées désarticulées. Le voile noir. Encore. Elles n’en peuvent plus. Encore. Elles se figent. Encore. Elles s’effondrent.
    
    Leurs peaux ravies dégoulinent. Les sensations laissées par l’orgasme sont comme un autre orgasme. Des millions d’aiguilles viennent piquer la peau ultrasensible de tout leur corps. Perdues, elles ont du mal à retrouver leur respiration, ou même simplement à comprendre ce qui vient de leur arriver. De temps en temps, l’une d’elles est agitée d’une nouvelle secousse venue de l’intérieur, que l’autre célèbre d’un baiser amoureux.
    
    — Eh bien, on dirait que vous êtes réconciliées.
    
    C’est celle de Faustine, qui ...
    ... vient de les rejoindre dans la cage d’escalier. Elle vient percer la bulle que les deux amantes ont partagée. Elles rient de bon cœur, toutes les deux, faisant mine vaguement de se rhabiller, mais se rendant compte que leur amie n’a rien manqué des derniers instants de leur baise.
    
    — Alors ? Amoureuses ? demande-t-elle.
    
    Comme seule réponse, Noëlla sourit à Patricia, et Patricia prend la bouche de Noëlla.
    
    — OK, fais la brune. "Tu avais raison Faustine. J’avoue. Je suis folle de cette femme. J’ai envie de passer chaque instant de ma vie avec elle, jusqu’à la fin de mes jours. Satisfaite ?"
    
    — Oui, par contre, on est bien d’accord, il est absolument exclu qu’on se marie. Ce n’est pas du tout notre genre, pas vrai ? fait Noëlla.
    
    Pat acquiesce: "C’est sûr ! Oui, maintenant, nous sommes amantes, nous sommes en couple, mais me marier avec une fille, c’est absolument hors de question. Ça, c’est absolument certain."
    
    Elles se regardent. Ont l’impression d’avoir déjà prononcé des mots similaires dans d’autres circonstances. Le déni, une fois de plus, s’exprime à travers leurs bouches. Elles en prennent conscience en même temps et partent dans un gros fou rire. Il est temps d’en finir avec les vieux réflexes:
    
    — Est-ce que tu veux m’épouser, mon amour ? demande Noëlla.
    
    — Y a intérêt ! répond Patricia en embrassant la fille qu’elle aime. 
«12...5678»