1. Toute ma vie j'ai rêvé


    Datte: 23/12/2021, Catégories: f, fh, ff, fff, hplusag, jeunes, asie, Inceste / Tabou nympho, bizarre, amour, fsoumise, fdomine, vengeance, dispute, cérébral, revede, miroir, Masturbation fdanus, fsodo, jouet, sm, attache, BDSM / Fétichisme fouetfesse, policier, lesbos, Auteur: Calpurnia

    ... rapprocher inexorablement de lui ?
    — Ce que je fous ? Mais c’est simple, mon trésor : je te tue, comme promis. Tu te souviens quand je te l’ai annoncé ? Cette fois, c’est fini. Je ne te supporterai pas un seul jour de plus. Ce soir, je serai veuve.
    
    Écrasé par plus de sept cents kilos d’acier et de chrome, il a gémi plusieurs heures avant de succomber. Je voyais ses jambes, la seule partie de son corps qui dépassait, se convulser désespérément. Je me suis installée au volant, ajoutant mon poids à celui de la voiture, puis j’ai démarré le moteur afin de l’achever au moyen des gaz d’échappement. Pendant ce temps, j’ai relevé ma robe et je me suis caressée. J’ai ouvert la boîte à gants et j’y ai découvert un vibromasseur qui devait appartenir à l’une de ses maîtresses. J’ai repoussé ma culotte jusqu’au milieu de mes cuisses, mais comme elle me gênait, je l’ai enlevée complètement – elle était déjà trempée. J’ai posé mes pieds par-dessus le volant de bakélite. Malgré le bruit des quatre cylindres au ralenti, j’ai entendu distinctement les os craquer, l’un après l’autre. Pierre copulait avec sa voiture d’un coït inégal, chair contre acier, pénétration de pièces métalliques, et même éjaculation de l’huile de vidange dont il avait presque fini de dévisser le bouchon au moment fatal, afin de recevoir en lui, au creux de ses viscères, l’onction d’un sperme obscur, glouglou macabre, étreinte et fécondation automobile. Celle-ci a-t-elle joui d’un orgasme mécanique au moment du ...
    ... viol de son propriétaire ? Pour couvrir cette musique sinistre, j’ai allumé l’autoradio. Je voulais un air gai qui raconte une histoire drôle, et j’ai trouvé exactement ce que je cherchais : sur Radio Mélancolie, ils passaient les Chansons plus bifluorées, où il est question d’un homme supposé pleurer sa belle-mère au moment de l’enterrement, tout en s’en réjouissant intérieurement :
    
    Ça fait un vide à la maison et zon zon zon
    
    Sur ce refrain, je me suis masturbée, d’abord doucement, puis frénétiquement, pendant la lente agonie de mon époux détesté. Je n’avais même pas besoin de fantasmer : la situation présente y suffisait. La volupté, qui confinait à l’extase, a été à la hauteur de toutes ces années d’attente et de frustration. À moi la petite mort, à lui la grande : il a toujours réclamé la plus grosse part de gâteau. Pendant ce temps, avant de perdre connaissance, Pierre a eu le temps de me maudire cent fois auprès de tous les dieux de tous les Olympe du cosmos. Dans la boîte à gants, j’ai découvert également une bouteille de parfum féminin que j’ai vidée entre mes seins et sur ma vulve. Ces fragrances, mêlées à celles de l’atelier, m’ont procuré l’ivresse. J’ai pensé à ce moment que j’aurais volontiers fait subir le même sort à mes parents, si le crabe ne s’en était pas déjà chargé.
    
    Quand j’ai été certaine que mon époux était déjà passé dans l’autre monde, j’ai composé le 15. Le médecin du SAMU a conclu à un accident dû à un cric mal positionné qui a glissé – juste ...
«12...456...16»