1. La morale d'Anon 01


    Datte: 07/10/2021, Catégories: Première fois Auteur: Charly Chast

    ... n'avaient ', tous les deux.
    
    Ré resserrait son poing sur ce qu'il trouvait, il serrait fermement, de toutes ses forces sa tunique qui était à côté de lui et il faisait une grimace à faire peur. Sa queue rentrait entièrement dans la bouche de sa femme, elle ressortait aussitôt. Ramat relevait le visage, elle toussait et se retenait de vomir. On avait sans doute oublié de la prévenir qu'elle ne devait pas être trop gourmande, enfin au début …
    
    Anon suffoquait, il était tétanisé, il ne bougeait plus, la scène l'avait mis dans un tel état. Il tremblait, il avait eu peur de faire du bruit. Qu'aurait-il pu dire s'ils l'avaient entendu ? Son cœur battait vraiment fort, la tête lui tournait.
    
    Ré et Ramat en étaient toujours au même point, ils se caressaient, ils s'embrassaient. Mais Ré ne semblait plus savoir quoi faire après ça. Ramat décidait de prendre les choses en mains. Heureusement que la fille est formée avec précision pour le plaisir de son mari, il se serait peut être arrêté là.
    
    Anon se masturbait de toutes ses forces maintenant, il ne se contrôlait plus, lui aussi faisait une grimace mais personne n'était là pour le voir.
    
    Ramat se soulevait, glissait sur le corps de Ré, il laissait faire. Elle prenait position pour le glisse en elle. Il ne bougeait plus, il avait poussé un cri étrange. Il ne bougeait plus. Elle avait senti tous ses muscles se détendre, il était là inerte.
    
    Anon éjaculait avec force, il serrait les dents, il coupait sa respiration, ...
    ... il ne faisait aucun bruit.
    
    C'est à ce moment qu'il a entendu Ramat hurler. Il jetais un œil et la voyait là, allongée sur son frère. Il ne comprenait pas mais il se relevait et fonçait vers la porte, il entrait il voyait Ramat debout, elle hurlait, elle pleurait, elle tremblait. Ré était là inerte allongé sur la paillasse, il avait la bouche et les yeux ouverts, il ne respirait plus. Sur son ventre une large trace de sperme remplissait le creux de son ventre il avait joui, il avait joui et son cœur avait lâché.
    
    Anon avait la tête en feu, il ne comprenait rien, mais que c'était-il passé. Mécaniquement il prenait une couverture la déposait sur les épaules de Ramat. Il la faisait asseoir sur un banc. Elle était sous le choc. Anon se penchait alors sur le corps de son frère, il n'y avait aucun doute, il était mort !
    
    Anon ne savait plus quoi faire, il restait là pendant un moment, Ramat était pâle, elle tremblait.
    
    – C'est moi ? C'est moi qui ai fait ça ?
    
    – Non, tu n'as rien fait.
    
    Anon se souvenait que quelquefois quand il faisait un gros effort son frère Ré avait le souffle court et à plusieurs reprises il avait même eu des malaise. Mais là c'était autre chose. Ce n'était pas un malaise. Quand il finissait par réagir c'était pour foncer avertir son père de ce qui se passait.
    
    Autour de la grande hutte, au centre du village tout le monde dansait et chantait. Les parents de Ramat étaient déjà repartis, ils avait de la route à faire et la dernière vache à ...